Basement – ‘Counterclockwise’

EP / Some Produkt – Day Off / 25.09.2014
Rock noise

Sept ans après ‘Everything Gets Distorted’, Basement nous revient sous les sillons d’un nouvel Ep. En quatre titres accrocheurs autant que ravageurs, les libournais enfoncent le clou d’un rock noise puissant, celui qu’ils ne cessent de fignoler – doucement mais sûrement – depuis leurs débuts en 1996. Livré avec rage par des musiciens pointus n’ayant rien perdu de leur hargne, et produit par le brillant Serge Morattel (Ventura, Knut, Pord…) qui sait décidément prendre soin de gonfler à bloc le rendu des amplis, ‘Counterclockwise’ prend des tournures époustouflantes. Les riffs sont lourds et bien sentis, la basse se fait grasse à souhait, les mélodies sont porteuses d’envolées saisissantes, habitées par un chant saturé et une session rythmique indéboulonnable. Tour à tour, du ‘Labyrinth’ d’ouverture jusqu’au final ‘Cut The Background’, les compositions nous font valser dans un univers écorché. Les refrains, faussement suaves mais torturés, sont tous de véritables montées en puissance, plus particulièrement sur ‘Black Sheep Boy’ et son renfort de guitares acérées, comme sur le tubesque ‘Black Ink Stains’ où le chant nous cueille dans un élan nineties rappelant, aux entournures, la grande époque de Favez. En quatre courts fragments à couper le souffle, ‘Counterclockwise’ marque ainsi au fer rouge le retour de Basement et apparaît, sans aucun doute à ce jour, comme le meilleur du groupe. En continuant d’allier avec brio force et finesse, les prochains titres (à venir?) pourraient promettre de nous écorcher davantage. Chez nous, le mercurochrome reste à portée de main.

‘Black Ink Stains’, ‘Black Sheep Boy’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire