SebastiAn Tag

let180Album (EdBanger) 21/02/2011 Electro

Dans des eaux artistiques plutôt troubles depuis que ses grosses turbines ont fait les dégâts annoncés et qu'il est maintenant temps de se renouveler, EdBanger - plutôt discret depuis quelques mois à l'exception de quelques sorties de maxis - revient faire parler de lui avec une nouvelle compilation. Pas de panorama exhaustif du catalogue comme les Parisiens avaient pu le faire lors des "Ed Rec", mais un vrai rassemblement de potes qui se sont ici donnés comme seules lignes directrices la défense de la diversité en matière de musique électronique, et l'envie de la transmettre aux générations à venir.

jour180Album (EdBanger/Because) 25/10/2010 BOF

Comme il l'avait fait pour "Steak" - film réalisé en 2007 par Quentin Dupieux, plus connu chez les mélomanes sous l'entité Mr Oizo - SebastiAn s'est fendu de la bande originale de "Notre Jour Viendra", nouveau long métrage de Romain Gavras, habitué des collaborations explosives et provocantes, notamment depuis le clip du "Stress" de Justice. La famille est donc une nouvelle fois réunie le temps de ces treize titres très courts illustrant à nouveau l'extermination des roux selon le jeune réalisateur français

Remixes[Album] 22/09/2008 (EdBanger/ Because/Warner) Au même titre que ses compagnons de Justice, également entité historique du label, SebastiAn aura lui aussi amplement contribué à l'affirmation de l'identité EdBanger sur la scène électronique française puis internationale, bien qu'il cultive une certaine différence avec les autres membres de la famille. Personnage sombre, toujours vêtu de noir, fumeur de clopes invétéré, le producteur est plutôt du genre touche à tout à en croire son parcours débuté avec Cercle Vicieux, alors dans le giron de La Cliqua, puis ses rencontres décisives aux deux extrêmes de l'art, avec l'inqualifiable Jean Louis Costes et les précieux Daft Punk, qui auront à elles deux dessiné les limites de son registre. De là, SebastiAn jouera sur deux tableaux, dans l'underground le plus sombre aux côtés du performeur, et dans les stades japonais, avec Kavinsky, en première partie des Versaillais