Une semaine dans le bendo – Soprano réunit la famille pour la rentrée

Une semaine dans le bendo – Soprano réunit la famille pour la rentrée

Le bendo, c’est le quartier, celui-là même où le hip-hop fait résonner ses paroles et ses flows depuis plus de trente ans. Mais, aujourd’hui, c’est la France entière qui vit au rythme de ses rappeurs. Alors, pour tous les amateurs de cette ‘sous-culture d’analphabètes’ chère à Eric Zemmour, on se mouille la nuque, on prend une grande respiration, et on plonge dans cette semaine agitée de rap français.

Alors que le président Macron reprenait ce week-end ses habits de candidat pour tenter de séduire les Marseillais, le rap français voyait Soprano entamer la même démarche auprès des jeunes auditeurs et de leurs parents – voire grands-parents. Le chanteur phocéen, en marche vers de nouveaux succès commerciaux, ne parviendra cependant pas à recueillir des voix auprès des amatrices et amateurs de bon rap. Dans une sphère plus intimiste, les Svinkels jouent les trouble-fêtes dans les sondages, en proposant pour leur grand retour une… Rechute.

Soprano chasse les étoiles et les auditeurs

Il y a bien longtemps que Sopra a délaissé les bancs des cités d’or, où le leader des Psy4 de la Rime excellait en tant que pur rappeur. Depuis, l’artiste marseillais a réussi, à grands coups de tubes pop, à étendre son public d’une manière quasiment jamais vue dans le rap français. Si, sur Chasseur d’étoiles, le processus créatif semble toujours diriger la carrière du chanteur, les plus cyniques ne peuvent s’empêcher de lui reprocher de proposer une formule qui lui rapportera le plus de streams possibles. De fait, Chasseur d’étoiles ne cesse de vouloir séduire un jeune public, avec une émotion dégoulinante (Forrest, Bébé Love, Justine & Abdelkrim, Rappelle-moi) et des thèmes simplistes, tout en convainquant leurs parents à grands coups de références 80’s et 90’s : les Goonies et Sophie Marceau sur La Boum, Michael Jordan et Batman sur NKTOB… L’apogée de ce ‘deux salles, deux ambiances’ est cette reprise de Plus près des étoiles de Gold. Dans un clip à l’esthétique futuriste rappelant Stranger Things, vient s’inviter… Didier Bourdon.

Si le fond est passable, la forme est néanmoins efficace, comme à l’habitude du Pharell français. Le franco-comorien distille en effet une vraie énergie positive sur des titres comme Dingue et La Boum, et revient épisodiquement au rap pur et dur sur Bruce Lee ou le survitaminé Planète Mars 2021, réunion des plus gros vendeurs phocéens, SCH et Jul, et de son compère des Psy4, Alonzo. Du rap ultra efficace où les chants de supporters entraînent les grosses performances des trois invités, Jul dans son style habituel et entêtant, SCH nous proposant toujours de nouveaux flows. Mentions spéciales aux morceaux Racine, une simple mélodie à la guitare acoustique sur laquelle l’artiste pose une voix pleine de tristesse et d’espoir pour le continent africain, et au Grand Bleu, métaphore maritime de l’amour, en compagnie du légendaire MC Solaar.

Les papas du Svink nous resservent une tournée

Voilà 13 ans (oui oui, 13 ans) que le trio des Svinkels n’avait rien sorti, mis à part des fonds de tiroir en début d’année. Cette fois, ça y est, les ambassadeurs du rap punk français que sont Gérard Baste, Mr Xavier et Nikus Pokus balancent la petite soeur. Dans leur Rechute, les grands enfants défoncés nous versent leurs flows à l’ancienne, sur des prods pas moins lourdes et poussiéreuses de DJ Pone. Les paroles, évidemment, tournent autour de l’alcool, de la fumette et des insultes parfois puériles. De l’ego pur et dur aux accents hardos, comme le prouve Blessé dans le pogo, un inventaire de la détresse d’un festivalier sur la gratte de Waxx. On retiendra quelques gros sons tels que Mon spot, La vedette, où s’invite un Deadi toujours fou de rimes, ou encore Rechute, premier single et morceau éponyme de l’album. La répétition des mêmes schémas, néanmoins, fera que seuls les piliers de bar, les fidèles du groupe, pourront se siphonner l’intégralité du projet en une seule fois.

Les clips de la semaine

Voilà plusieurs semaines que 404Billy, l’un des rappeurs les plus sombres de France, augmente les pourcentages dans des morceaux toujours lourds, mais toujours différents. Cette semaine, l’avant-dernière livraison, Window, est un bijou de kickage. Alors, pourquoi ne pas se payer le luxe d’inviter Benjamin Epps sur le son ?

Django a souffert, et nous ouvre encore ses cicatrices dans sa Genèse, un plan séquence simple mais puissant où le rappeur erre dans un paysage désertique, aride, froid. Comme son coeur, comme son rap.

Spécial est l’un des clips rap français de l’année, à n’en pas douter. Si la collaboration entre l’inventif Laylow, l’envoûtante Fousheé et le talentueux Nekfeu était déjà remarquable sur L’étrange histoire de Mr Anderson (on en parlait ici LIEN), la vidéo jouit d’une esthétique formidable qui transcende encore plus le morceau, destiné aux âmes en peine et incomprises. Le 444 sur la veste de Nekfeu, hommage au regretté Népal, est une bien belle cerise sur le gâteau.

En parlant de clips exceptionnels… Sopico monte au sommet de la Tour Pleyel, à Saint-Denis, pour son clip Slide. On y voit l’artiste marcher sur la façade du grand bâtiment désaffecté, garni de feux d’artifice. Une réalisation à la hauteur de la guitare électrique énervée et de son flow technique, qui en profite pour annoncer l’album Nuages, le 15 octobre.

Allez, on enlève les baskets, on remet ses boots et son cuir, et à la semaine prochaine dans le bendo !

Salade Tomates Oignons, la playlist rap français de Mowno, est à retrouver ici


No Comments

Post A Comment