Wild Nothing – ‘Indigo’

Wild Nothing – ‘Indigo’

Album / Captured Tracks / 31.08.2018
Dream pop


Indigo, quatrième album du projet de l’éternel perfectionniste Jack Tatum, se veut le successeur direct de Life of Pause paru il y a maintenant 2 ans. Pour l’occasion, le virginien s’offre un nouveau producteur, et pas des moindres. Jorge Elbrecht, discret mais connu pour avoir notamment collaboré avec Ariel Pink, Gang Gang Dance ou encore Japanese Breakfast, se retrouve désormais aux commandes de ce nouveau Wild Nothing.

Désireux d’opérer un retour aux sonorités de Gemini, son premier opus sorti en 2009 à seulement 21 ans, Indigo se positionne cependant assez loin de l’époque où Tatum composait alors en totale autonomie sa dream pop teintée d’un onirisme des plus scintillants. Si l’on retrouve sur quelques titres cette torpeur enivrante caractéristique de ses débuts (Let it Go, Oscillations, Wheel of Misfortune, Shallow Water), cette nouvelle production se trouve néanmoins enrichie par l’intérêt que le songwriter s’est peu à peu découvert pour d’autres genres musicaux, disco ou soul pour n’en citer que deux. En témoignent Partners in Motion, Through Windows ou encore The Closest Thing to See où l’utilisation adroite des cuivres couplée à l’impressionnante quantité de détails apportée par Elbrecht aux guitares et synthétiseurs contribue à créer une atmosphère musicale riche, flirtant à mi chemin entre les frontières du funk et de la pop.

Il faudra néanmoins progresser dans l’album pour en découvrir la véritable pépite, Canyon on Fire. En déployant un rythme plus soutenu qu’ailleurs tout en replaçant les guitares au premier plan, Tatum signe ici l’une de ses compositions les plus ambitieuses, rompant avec ses ambiances globalement prévisibles. Et ce à tel point qu’on y trouverait presque une ressemblance avec l’album Holy Fire de Foals paru en 2012.

Ainsi, ce nouveau Wild Nothing se veut dans son ensemble très réussi. Bien exécuté, parsemé de mélodies aussi radieuses qu’entêtantes et fourni d’une incroyable richesse, ce dernier opus se veut l’un des plus diversifiés jamais sorti sous le nom de scène de l’américain. De quoi prolonger un peu plus un été déjà débordant en productions musicales.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Let it Go, Oscillations, Canyon on Fire, Shallow Water


Pas de commentaire

Poster un commentaire