Warpaint – ‘Radiate Like This’

Warpaint – ‘Radiate Like This’

Album / Virgin / 06.05.2022
Pop nébuleuse

Entre un album solo pour la chanteuse et guitariste Theresa Wayman (LoveLaws, sous le pseudonyme TT), les nombreuses collaborations de la batteuse Stella Mogwaza (John Grant, Courtney Barnett, Cate Le Bon, Sharon Van Etten), celles de la bassiste Jenny Lee Lindberg (Dave Gahan, Phoebe Bridgers…), les quatre californiennes et australiennes ont fini par se retrouver pour enregistrer leur quatrième disque. Six ans après Heads Up, Warpaint publie Radiate Like This, entre dream pop et shoegaze.

Entre les nappes de guitares, les rythmiques électroniques et les voix, un album de Warpaint doit s’écouter une première fois, puis s’écouter encore et encore pour pouvoir découvrir les infinis détails qui se cachent dans les compositions du quartet. Co-produit avec Sam Pett-Davies (Thom Yorke), les quatre musiciennes ont enregistré leurs parties séparément, ce qui n’entache en rien l’alchimie musicale qui se dégage : Warpaint sait faire interagir ses sonorités les unes avec les autres.

En ouvrant avec Champion, son titre quelque peu cinématographique, Warpaint annonce la couleur et oscille entre différentes ambiances. Moins pop, plus atmosphériques voire vaporeuses, elles enchainent avec une rythmique groovy sur Hips qui rappelle les rythmes du single New Song paru en 2016. Le groupe fait ensuite une incursion, avec douceur, vers un RnB maqué très années 1990 (Stevie), et parsème l’album de la dream pop que tous attendent avec les poétiques Hard to Tell You ou Melting, avant de clôturer avec l’acoustique Send Nudes.

Depuis leur merveilleux premier EP, Exquisite Corpes sorti en 2008, les voix semblent flotter au-dessus d’un paysage sonore maitrisé. Le quartet connaît ses atouts, et met parfaitement en avant le duo imparable basse / batterie ainsi que ces harmonies vocales (Proof, Melting, Champion) dont les quatre filles ont fait leur marque de fabrique.

Après six années d’absence, Warpaint n’a pas perdu de son charme, mais l’album est plus efficace que limpide, comme si le quatuor agissait désormais de manière automatique après 18 années de collaboration. Malgré ça, le flou ambiant du groupe, qui en fait sa singularité, n’a définitivement pas disparu et peut continuer d’en émerveiller plus d’un.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Champion, Proof, Hips

À LIRE AUSSI

Tags:
,
Pas de commentaire

Poster un commentaire