Tropical Fuck Storm – ‘Deep States’

Tropical Fuck Storm – ‘Deep States’

Album / Joyful Noise / 20.08.2021
Garage punk noise

Quand on choisit fièrement un blase comme Tropical Fuck Storm, autant ne pas mentir sur la marchandise et éviter de faire dans la dentelle. Chose dont le groupe australien s’est fort bien accommodé puisqu’il est responsable depuis ses débuts d’une mélasse hybride monstrueuse de garage/punk et d’art-rock expérimental. Pour l’aspect aphrodisiaque de sa musique, je vous laisse juger de son efficacité dans le confort douillet de votre foyer. Mais une chose est certaine : sur son troisième album Deep States, le quatuor n’a rien perdu de sa volonté de jeter par la fenêtre toute forme conventionnelle de songwriting. En mêlant rock psychédélique ébouriffant et refrains bizarrement catchy, le quatuor démontre une fois de plus qu’il est tout bonnement un des groupes les plus intéressants à suivre de ces dernières années. Si ce n’est pas encore fait, arborez votre plus beau mulet et joignez la danse.

En 1986, Frank Zappa posait cette question existentielle : ‘Does humor belong in music ?’. Plusieurs décennies plus tard, Gareth Liddiard, Fiona Kitschin, Lauren Hammel et Erica Dunn répondent haut et fort : OUI !. Influencé par l’actualité du COVID-19 et ses répercussions (un de plus, mais pas des moindres), Deep States passe à la moulinette de la vanne so australian la mouvance QAnon, le pizzagate ou encore les émeutes du Capitole de début d’année. Liddiard est en roue libre totale et baragouine ses textes à propos de martiens torturés par waterboarding tel un Messie beurré à la bière kiwi bon marché. Exhilarant et salutaire à une époque où les paroles et refrains sont de plus en plus digestes pour pouvoir briller sur Tik Tok.

Derrière ce moulin à tchatche souvent inintelligible, le mur de guitares tronçonne absolument tout sur son passage. On est cueilli d’emblée par les envolées stridentes et les solos chaotiques de The Greatest Story Ever Told, titre relativement facile d’accès et souverain banger au sein du répertoire de Tropical Fuck Storm. La suite du disque est une masterclass dans le jeu de guitare agressivement unique que ne renierait pas un J Mascis ou Stephen Malkmus.

La magie du groupe réside également dans l’efficience des chorus et l’utilisation des harmonies. Fiona Kitschin et Erica Dunn occupent plus souvent qu’accoutumée le département vocal, pour un résultat aussi sublime que convaincant. Le menaçant Suburbiopia, les chœurs énergisants de Blue Beam Baby ou encore l’art-pop mélancolique New Romeo Agent démontrent les possibilités infinies que peuvent offrir leurs voix et leurs utilisations sur le devant de la scène.

Tropical Fuck Storm continue gaiement à filer entre les doigts de chaque personne osant les catégoriser. Le groupe évolue sur tous les fronts avec une nonchalance slacker légendaire : punk expérimental remuant, ballades pop, psychédélisme paranoïaque… Nul doute que l’écoute de Deep States en épuisera beaucoup avant la ligne d’arrivée. Pour les autres, capables notamment de foutre à fond les ballons du Captain Beefheart au petit déjeuner, profitez des nombreuses surprises et de l’effet punch dans la tronche que procurent ce nouvel album.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
The Greatest Story Ever Told, G.A.F.F., Suburbiopia, Legal Ghost


No Comments

Post A Comment