Thurston Moore – ‘By The Fire’

Thurston Moore – ‘By The Fire’

Album / Daydream Library / 25.09.2020
Indie rock

Cher Thurston,

J’ai bien reçu By The Fire dans ma boite aux lettres. Cela fait toujours plaisir d’avoir de tes nouvelles, et je dois dire que tu as l’air en forme. J’avais déjà beaucoup aimé Rock n Roll Consciousness, ton travail précédent en format chanson. Et si je n’ai pas beaucoup eu le temps de me plonger dans Spirit Counsel, sorti l’année dernière, j’avais quand-même bien apprécié de te voir jouer les longues plages instrumentales de cet album sur scène.

J’ai l’impression qu’avec By The Fire, tu as réussi à synthétiser tes deux derniers LPs en un seul tout très cohérent, fusionnant songwriting et velléités expérimentales au sein des mêmes pistes. Et chaque tunnel hypnotique, qu’ils soit placé avant ou après les chansons à proprement parler, évite soigneusement le piège de la répétition pour la répétition. Certains de ces tunnels durent une minute, d’autres dix, mais tous méritent le temps que toi et ton groupe leur accordez. Tu peux ainsi passer d’un titre de 5 minutes à un truc en prenant 17, et pourtant on jurerait que la différence de durée est largement moindre si on ne regarde pas la montre. C’est la preuve que l’on ne s’ennuie jamais, et que tout est parfaitement bien construit.

Je pense avoir pris le plus de plaisir sur les morceaux les plus étirés : Breath, par exemple, avec son intro calme me faisant penser à celle de Teenage Riot, puis son riff principal, suite d’accords aussi prenants et tendus que le final de Schizophrenia. J’espère que tu ne m’en veux pas trop de comparer un de tes nouveaux morceaux à ce que tu avais autrefois créé avec Sonic Youth. Dis-toi bien que je ne te connaîtrais pas comme je te connais sans ce dernier. Et puis, tu sais, Breath est tout aussi excitant pour des raisons qui n’ont rien à voir avec SY, notamment le duo vocal où toi et ta bassiste Deb Googe annoncez vous battre pour ‘les bruits dans (ma) tête’. Ayant autrefois officié dans My Bloody Valentine, Deb sait de quoi elle parle, j’imagine… Tout comme toi.

En parlant de souvenirs, Siren est pour moi la coda parfaite à The Diamond Sea, avec les mêmes vagues tumultueuses annonçant un petit bijou de mélodie mélancolique en conclusion. Par contre, j’avoue que j’ai été un peu agacé par Hashish en ouverture de l’album. Ce n’est pas que ce morceau est mauvais, loin de là… Mais musicalement, c’est une photocopie quasi identique du magique Sunday dans A Thousand Leaves. Reconnais que c’est un peu facile, non ? Serait-ce la surconsommation du produit susnommé qui t’aurait fait oublié avoir déjà écrit ce riff et cette ligne vocale auparavant ?

Cette facilité est d’autant plus agaçante qu’elle n’existe pas ailleurs dans By The Fire : on peut certes y trouver une certaine nostalgie, et des points de comparaison avec ta discographie passée, mais les trouvailles harmoniques restent fraiches en permanence. Et en plus, tu as préparé quelques surprises complètement inattendues, comme le heavy-rock psyché un peu seventies de Cantaloupe. Le solo très classique de James Sedwards y est très éloigné de ton jeu de guitare à toi, mais il s’intègre parfaitement bien à la chanson. Juste sur un titre, c’est fun et ça met du relief.

Pour finir, les triturages électroniques de Jon Leidecker (de Negativland) sur le quasi-kraut They Believe In Love font mouche, y a pas photo. Mais le plus impressionnant, sur By The Fire, cela reste Locomotives et l’instrumental Venus. Le premier est un long morceau de bravoure qui n’en finit pas de dérailler, très Bad Moon Rising dans l’âme, avec sa dernière montée émouvante et épique avant le déferlement de bruit blanc final. Et le second, angoissant mais également très mystique, donne l’impression de flotter seul dans l’espace comme jamais. Tu écoutes du Ligeti en ce moment ?

Bref, je n’ai pas mentionné tous les titres, mais il n’y a rien à jeter. Je crois même que c’est ton meilleur album solo, en dépit de ce Hashish qui aurait peut-être dû rester une surprise pour les fans en fin de tracklist.

Comment ça se passe à Londres ? Tu as réussi à rouvrir ta boutique de disques malgré la crise du Covid ? Passe le bonjour à Steve, ainsi qu’à ton autre batteur Jem Douton, aussi.

Avec toute mon affection,

Cyril

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Breath, Siren, Locomotives, Venus, Cantaloupe, Hashish


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.