Sleaford Mods – ‘UK Grim’

Sleaford Mods – ‘UK Grim’

Album / Rough Trade / 10.03.2023
Post punk hip hop

À chaque nouvel album de Sleaford Mods, et depuis que l’enthousiasme des débuts est un poil retombé, la crainte parfois vérifiée d’avoir affaire à une énième déclinaison de l’univers singulier et épuré du duo de Nottingham. Pourtant, on se replonge systématiquement dans sa musique, bercés non seulement par l’espoir de voir le projet s’étoffer, mais aussi rassurés à l’idée que ces solides contestataires soient toujours à nos côtés en ces temps particulièrement difficiles et instables. Car plus que jamais, ce n’est pas seulement l’Angleterre, mais toute l’Europe et plus largement encore le monde occidental, qui comptent fermement sur la résonance de tels porte-voix.

Douzième ligne d’une oeuvre destinée à faire date, UK Grim se nourrit comme ses prédécesseurs des convulsions de la société britannique, mais trouve un écho plus important que d’habitude grâce aux contributions de nouveaux invités. Ainsi, deux ans après Billy Nomates et Amy Taylor (Amyl & The Sniffers), ce sont Florence Shaw (Dry Cleaning) avec laquelle il partage un conscience du pouvoir des mots, mais aussi Perry Farrell et Dave Navarro (Jane’s Addiction) qui viennent ainsi appuyer le discours plus remonté que jamais de Jason Williamson, dont la poésie ne perd évidemment rien de son engagement (Force 10 From Navarone, Right Wing Beast, Tory Kong), ni de son esprit critique vis à vis certains de ses compatriotes (So Trendy) dont il avoue parfois s’écarter (Apart From You).

Rien de véritablement surprenant jusque-là, si ce n’est les étonnantes richesse et diversité affichées tout au long de ce UK Grim (Apart From You, Rhythms of Class), peut être l’épisode le plus festif de l’oeuvre d’un Sleaford Mods prenant un malin plaisir à danser sur les cendres de nos sociétés, l’air de dire que – à l’instar toute une frange de la population convaincue depuis longtemps par son message – il nous avait pourtant prévenus. De fait, entre quelques démonstrations d’épurement dont le duo a fait sa marque de fabrique (UK Grim, Don), ce nouvel album peut aussi compter sur quelques franches réussites, inédites dans leur parfait équilibre entre gravité du discours et efficacité musicale, toute notion de tempo mise à part. Et pour cause : à entendre ici le duo proposer un hip hop posé (Dlwhy, Smash Each Other Up, I Claudius), là lâcher les chiens (Tilldipper, Pit 2 Pit), ce cru 2023 fait preuve d’une souplesse rarement si évidente du côté de Nottingham.

L’anglais dont nous sommes fiers n’a absolument rien à voir avec celui que les autorités essayent de promouvoir‘ précise Jason Williamson. Nul besoin d’en être ni de traverser la Manche pour être littéralement saisi par ce UK Grim, bien plus que le témoignage d’une génération ou d’un pays, mais celui d’une époque moribonde que de simples frontières ne suffiront jamais à inverser. Et au dessus de tout cela, une constante : celle que, en témoignant avec tant de justesse de la décadence de notre civilisation, Sleaford Mods mérite toujours autant cette part de notre conscience qu’il a décidé de s’accaparer en 2007.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Force 10 From Navarone, So Trendy, Rhythms of Class


Pas de commentaire

Poster un commentaire