Rubin Steiner – ‘Say Hello to the Dawn of Paradox’

Rubin Steiner – ‘Say Hello to the Dawn of Paradox’

Album / Platinum / 06.09.2019
Electro large

Il y a toujours quelque chose de réconfortant à voir Rubin Steiner sortir un nouvel album. Le tourangeau ayant pris l’habitude de ne jamais se répéter, cela signifie de fait que la musique continue d’évoluer bon an mal an, qu’elle a encore de quoi l’inspirer, et donc de quoi nous surprendre. Depuis 20 ans qu’il produit, le bougre pourrait avoir déjà goûté à tout et ne plus trouver de quoi satisfaire son besoin de nouveauté. Pour autant, ne lui demandez pas de sonner la révolution. Preuve en est ce Say Hello to the Dawn of Paradox qui, en virevoltant entre dance punk, disco et tech-house, prend le contre-pied de son prédécesseur Vive l’Electricité de la Pensée Humaine, pour s’accaparer avec conviction de la recette qui a pu faire le succès des frères Dewaele (Soulwax, 2 Many Djs) notamment.

Reste que le mec a beaucoup trop de bouteille pour marcher bêtement sur les plates-bandes des copains sans perdre de vue la nécessité d’amener un peu de son eau au moulin. Ici, du matin jusqu’au soir, et dans la lignée de l’imparable tube estival que fut Girls, Rubin Steiner se montre bien décidé à vous faire danser (Fefe, l’excellent Raga), à vous faire chanter, même à vous arracher quelques sourires. Car tout en optant pour un groove imparable, un accent pop plus prononcé (Paradise, Birds) et une plus grande présence du chant, c’est la voix féminine de Google Traduction – les ‘filles synthétiques’ comme il les nomme – qu’il a eu l’idée d’aller chercher (Paradox, Computer Heartbeat, Girls), pour aussi rappeler qu’il est encore possible de faire de la bonne musique avec les moyens du bord.

Surtout, Say Hello to the Dawn of Paradox se montre incroyablement fédérateur, et brise à grands coups de savates les barrières qui parquent trop souvent les amoureux de musique dans des chapelles. Electro sur la forme, infiniment plus que ça sur le fond, ce nouveau disque est une ode à la fête, au bonheur, comme à l’amour de l’autre. Et en cette époque plus que jamais individualiste qui est la nôtre, ses allures de manifeste tombent particulièrement à pic.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Paradox, Fefe, Computer Heartbeat, Girls


No Comments

Post A Comment