Porridge Radio – ‘Every Bad’

Porridge Radio – ‘Every Bad’

Album / Secretly Canadian / 13.03.2020
Rock

I Don’t Know What’s Going On / Maybe Nothing’s Going On’… Les paroles de Born Confused, titre introductif de ce deuxième LP de Porridge Radio, résonnent singulièrement ces dernières semaines. La confusion inaugurale est teintée de rage, d’une énergie pas tant fin du monde que fin de siècle que l’on retrouvera tout au long de cet album que l’on connaissait partiellement, le label Secretly Canadian – parce qu’il aime signer des artistes émergeants – distillant en effet pas mal de titres en avant-première. Cinq morceaux nous étaient donc déjà parvenus pour ce bien nommé Every Bad, dont le titre pourrait être tous les jours celui des quotidiens nationaux, tous pays confondus.

Les singles étaient pour le moins prometteurs : Sweet a la hargne d’un hymne grunge, radical d’efficacité, réveillant instantanément les souvenirs de Hole, période Live Through This. Le contraste couplet/refrain est amplifié au fil du morceau qui se termine par une déflagration de guitares et un mode ‘pétage de plomb’ activé avec une puissance communicative. Difficile en effet de ne pas penser à Courtney Love sur l’alternance de textes ‘I Am Charming / I Am Sweet’, et de cris doublés par des caisses claires en doubles croches très punk-rock.

Le nom du groupe fait référence à sa provenance anglaise, mais il est amusant qu’il y soit fait allusion à la radio, tant certains titres semblent parfois calibrés pour inonder les ondes, involontairement ou à dessein. Lilac, autre single annonciateur de l’album assènant ses lyrics sous forme de mantra en montée très progressive, genre d’escalade sonore orgasmique, nous évoque illico une autre formation de Brighton : Electrelane. L’influence du quatuor anglais le plus doué du début des années 2000 a nécessairement été d’importance pour Porridge Radio. La formation du quatuor – clavier, guitare, basse, batterie – crée d’ailleurs une autre accointance avec leurs prédécesseurs du Sud-Est anglais, audible sur le titre Long.

Il y a un désavantage à égrainer les titres phares d’un opus de manière promotionnelle : l’attente créée est grande. Il peut ainsi arriver que les titres les plus prometteurs soient justement ceux chargés de la plus belle énergie, celle de la découverte. Les surprises réservées ici à l’écoute de l’album sont alors en deçà des espérances, créant une déception qui aurait assurément été moindre en découvrant le disque d’une traite. Le plaisir est amoindri par trop de dévoilements, et le curseur se positionne sur la déception de certains nouveaux titres (Nephews, Pop Song, Homecoming Song). A trop vouloir mettre en valeur ce Every Bad en livrant en préambule ce qu’il avait de meilleur, Porridge Radio nous laisse un sentiment de satiété mitigé, même si on peut toujours revenir sur les singles pour combler sa faim.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Born Confused, Sweet, Lilac


Pas de commentaire

Poster un commentaire