Pedro The Lion – ‘Santa Cruz’

Pedro The Lion – ‘Santa Cruz’

Album / Big Scary Monsters / 07.06.2024
Indie pop

Depuis qu’il a reformé Pedro The Lion autour d’une nouvelle équipe, David Bazan revisite ses souvenirs d’enfance au fil d’une série de disques ponctués de lieux où il a grandi. Un voyage autobiographique qui, après Phoenix (2019) et Havasu (2022), s’arrête à Santa Cruz, ville où il a passé une partie de son adolescence. Une période durant laquelle il découvre l’existence d’une vie en dehors du sérail familial chrétien, faite de nouvelles amitiés, de révélations musicales et de premiers émois amoureux.

Pour l’occasion, le songwriter rebranche ses synthétiseurs de l’époque Blanco (2016) et ouvre ce nouvel album de quelques notes augmentées d’une guitare remplissant un espace ouvert à la verticalité. It’ll All Work Out plante alors d’entrée un décor mystique, magnifié par l’imparable finesse mélodique de David Bazan (est-il encore nécessaire de la démontrer ?) qui, au final, ne lâchera son étreinte qu’aux dernières notes de l’album. Entre les deux, réuni autour de lui, c’est tout l’équipage Pedro The Lion, en pleine maitrise du sensible, qui interprète la bande son d’une vie passée à côtoyer une mélancolie, devenue au fil du temps la meilleure alliée artistique de l’artiste. D’ailleurs, Bazan ne s’en cache pas, il l’expose ouvertement sur l’intime Only Yesterday : ‘votre chagrin n’est pas un fardeau, c’est de l’énergie’.

Cette vitalité motrice conjugue force et fragilité tout le long du disque. Le groupe vise la note juste à chaque titre, équilibre ses intentions dans la métronomie de ses premières heures (Santa Cruz, Remembering, Modesto), et opère quelques virages plus percutants (Spend Time, Theatcher’s Pet), livrés de belle manière mais un tantinet moins envoutants. La nouveauté vient particulièrement de discrets arrangements plus fournis qu’auparavant, dans une production qui dévoile ses subtils secrets au fil des écoutes. Mais également d’une tentative électro pop inédite sur l’irrésistible Don’t Cry Now, réussissant momentanément à arracher Santa Cruz d’une emprise émotionnelle dont il est globalement difficile de se défaire tant le combo y manœuvre avec délicatesse à chacun de ses actes. En attestent les admirables Tall Pines et Parting, à mettre au rang des plus belles compositions d’un David Bazan à jamais Maestro dans l’art de l’écriture musicale, et faisant au passage de Santa Cruz un des plus beaux disques d’un Pedro The Lion pleinement retrouvé.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Santa Cruz, Remaining, Tall Pines, Parting, Only Yesterday

EN CONCERT

Pas de commentaire

Poster un commentaire