Nightwatchers – ‘Common Crusades’

Nightwatchers – ‘Common Crusades’

Album / Lovely / 08.10.2021
Punk rock

Nightwatchers n’est malheureusement pas un cas d’école. Depuis 2016 qu’il est apparu sur la scène française, le groupe toulousain s’est lancé dans une ascension qui l’a emmené braver les cols de France et d’Europe, sans pourtant voir sa renommée grimper chez nous au même rythme que son évolution notable. Fidèle depuis ses débuts à un registre punk aussi engagé politiquement que socialement, le quatuor a sorti en 2019 un premier album, La Paix ou le Sable, laissant largement entrevoir sa capacité à signer des brûlots fédérateurs ou l’on gueule des revendications le poing bien haut dans une atmosphère fraternelle.

Nightwatchers reprend donc la recette qui a fait le succès d’estime de son premier long format, à savoir porter une attention toute particulière à la politique colonialiste française en adaptant ou en reprenant des extraits de livres pour le moins crédibles sur le sujet. Enregistré lui aussi durant la crise du Covid, période aussi sombre qu’elle s’est montrée productive pour les musiciens forcés à l’enfermement, Common Crusades réitère donc en s’accaparant des écrits et discours de personnalités ayant joué un rôle dans le processus de colonisation, tout en s’attardant plus volontiers sur le sel de ses compositions. Moins linéaire, plus ouvert, plus diversifié aussi, ce nouvel album volt les toulousains opter pour une orientation un tantinet plus post punk, comme en atteste Their Turn Trying to Rule the World.

Point d’opportunisme pour autant, le groupe gardant ses distances avec le revival actuel qui ne cesse d’alimenter les pages de médias musicaux. Non, au fil de ces dix nouveaux titres, le punk reste roi. Direct, intense et mélodique sans jamais trop s’aventurer au delà des trois minutes, Common Crusades file droit (For The Sake Of The People And The Nation, G.Kepel President Whisperer), aussi tendu que la corde d’un arc (No Matter Who Osei Kofi Tutu I Is). Mais c’est ailleurs que la progression de Nightwatchers se mesure pleinement : quand il vire plus midtempo pour lorgner brillamment la pop et souligner des mélodies plus accrocheuses que par le passé (White Fathers, The Phantom Menace, Just a Matter of Time), qu’il signe des refrains redoutables d’efficacité (1905 & The Muslim Exception), ou qu’il affiche une diversité rythmique inédite (A Not-So-Secular State Culturalism, Just a Matter of Time).

Nightwatchers signe ainsi un deuxième album nettement plus abouti, vitrine parfaite pour partir en quête d’un statut qui lui échappait jusque là. Car si, en matière de musique, la France a pris la sale habitude de toujours donner plus de crédit à l’exotisme qu’à ce qui se passe à ses pieds, ce Common Crusades mériterait de rabattre les cartes et soigner pour de bon les punks hypermétropes. La révolution n’est jamais partie de chez Afflelou, on est bien d’accord.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
White Fathers, 1905 & The Muslim Exception, The Phantom Menace, Their Turn Trying to Rule the World, Just a Matter of Time


Pas de commentaire

Poster un commentaire