MNNQNS – ‘Body Negative’

MNNQNS – ‘Body Negative’

Album / Fat Cat / 11.10.2019
Indie post punk

Peut-on, en 2019, faire du rock tout en détestant le rock ? C’est à cette interrogation que les rouennais de MNNQNS (prononcer ‘Mannequins’) – désormais signés sur le label britannique Fat Cat Records – tentent de répondre avec Body Negative, premier véritable album du groupe depuis sa formation en 2013. Coup de comm ou coup de génie ? Un premier élément de réponse ne tarde pas à se dévoiler avec l’entame éponyme faisant office d’introduction des plus radicales au reste du corpus. Ici, quatorze secondes de distorsion et autres réverbérations vaguement mélodiques nous éclairent peu à peu sur la nature anti-rock de la démarche adoptée. Sans transition, le vacarme qu’inaugurent les premiers instants de NotWhatYouThoughtYouKnew nous propulsent par la grande porte dans un univers musical fascinant, mélangeant à l’envi des mélodies ingénieusement piochées dans le fleuron du post punk new yorkais, avec des vocalises et un songwriting que l’on pourrait penser tout droit sortis de la plume d’un Joe Strummer.

C’est avec cette ligne directrice que l’album se décline peu à peu, tranchant assez nettement dans sa construction par rapport aux productions actuelles du même genre. Ainsi, Wire (Down To The), Fall Down ou encore She’s Waiting For The Day se retrouvent enveloppées dans un linceul sentant bon le punk des années 70-80. Mais une fois encore, non contents de sélectionner ses influences avec la plus grande méticulosité, MNNQNS ne cesse d’apporter tout au long de ce Body Negative sa signature personnelle, suffisamment originale pour être soulignée, en faisant dialoguer des riffs de guitares aussi variés qu’élégants (Limits of Town, Drinking From The Pond), avec des outils venant plus emprunter au rock électronique. On se délecte ainsi du résultat qui, force est de constater, dégage une énergie impressionnante qui se décline tout au long des 12 titres échafaudant le disque. On retiendra plus particulièrement la violence de Urinals qui, en déployant une montée en puissance inouïe, vient habilement contraster avec le reste de l’album, notamment avec le superbe Stagnant Pools, autre chef d’oeuvre trônant magnanimement à mi chemin entre shoegaze et rock psyché.

Intrépide, surprenant, éclectique, brillant… Ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent pour décrire ce qu’évoque l’album dès la première écoute. En faisant revivre l’âge d’or du punk des 70’s tout en y ajoutant une dose non négligeable de modernité, MNNQNS s’impose d’ores et déjà comme l’une des révélations françaises les plus bluffantes de cette année 2019, tout en réussissant son pari de renouveler un peu plus un genre qui, au grand dam de ses plus fervents défenseurs, a malheureusement un peu trop tendance à se perdre dans les clichés de ses pères fondateurs.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN INTEGRALITE
Urinals, Double Visions, Stagnant Pools, Wire (To The), Fall Down


Tags:
,
No Comments

Post A Comment