LIFE – ‘North East Coastal Town’

LIFE – ‘North East Coastal Town’

Album / The Liquid Label / 19.08.2022
Pop – Post punk

La discrétion avec laquelle on regardera passer North East Coastal Town au cœur de l’été, interroge à plus d’un titre. S’il avait été poussé par un puissant label, le troisième album des anglais de LIFE aurait clairement pu concourir au titre aussi promotionnel que ronflant de révélation de l’année. Les onze titres en équilibre entre pop-rock et post-punk, entre explosivité et musicalité, sont le remède idéal pour secouer la poussière que la torpeur estivale a déposé sur nos épaules.

On s’étonne à peine, face aux livraisons pléthoriques de nouveautés rock qui nous viennent d’outre-Manche, que certains albums de grande valeur passent à l’as. C’est donc avec retard et quelques regrets qu’on finit par s’y intéresser. Malgré un succès d’estime, A Picture Of Good Health, leur précédent effort, était déjà passé sous les radars. Hormis le problème de timing et de promo, la faute en vient peut-être à un manque d’identité propre, pour vraiment se différencier de la meute de copains. En tête, Idles qui leur a remixé quelques titres, Fontaines DC ou les petits nouveaux Yard Act.

En effet, à l’instar de Geese par exemple, le quatuor assume une musique bourrée de références, certes pas moins bonne que les autres, mais détournant parfois l’écoute qui se contente de chercher, de titre en titre, dans quel répertoire il est allé puiser son inspiration. Les hommages pop-rock (Big Moon Lake, Incomplete, The Drug) lorgnent clairement Franz Ferdinand, le très cold Our Love Is Growing et sa basse dévastatrice sonne comme du New Order, l’ironique parlé-chanté d’Almost Home rappelle Fat White Family ou Yard Act… Et les rapprochements ne se font pas que sur la rythmique ou les riffs. La voix du chanteur, Mez, sait en effet reprendre l’ironie de celle d’Alex Kapranos ou l’atonie forcée de Peter Hook. A ce jeu, on pourrait même trouver, sur l’introductif Friends Without Names, des similitudes avec l’articulation enfiévrée et les chevrotements de Peter Garrett (Midnight Oil), période Head Injuries.

Et pourtant, malgré notre tentation à vouloir compiler, North East Coastal Town fonctionne parfaitement. L’album réussit idéalement l’alternance entre pop et post-punk, notamment grâce à un sens mélodique d’une efficacité diabolique jamais démentie, même sur Poison et Self-Portrait qui apportent une explosivité décérébrée à l’ensemble. On est plus réservé en revanche sur deux titres en forme d’exercices de style : Duck Egg Blue, travail atmosphérique sur la durée qui manque de profondeur et de richesse musicale pour vraiment capter l’attention, et la ballade rétro All You Are, toute de chorus et d’écho, amusante mais anachronique, qui clôt l’album. Si cette livraison estivale est bien trop tardive pour les espérer sur les dernières grosses scènes d’août et septembre, LIFE nous fournit la bande-son de notre rentrée, et on ne boudera pas notre plaisir.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Friends Without NAmes, Big Moon Lake, Incomplete, Almost Home, The Drug

À LIRE AUSSI

Tags:
Pas de commentaire

Poster un commentaire