Kazu – ‘Adult Baby’

Kazu – ‘Adult Baby’

Album / Adult Baby / 13.09.2019
Pop contemplative

Ce ne sera finalement pas un nouvel album de Blonde Redhead que nous écouterons en 2019, mais bel et bien les premiers pas en solo de sa vocaliste Kazu Makino.

Suite à la déception d’une rupture amoureuse, et pour s’extirper de l’étouffant quotidien new yorkais qui fut le sien, la japonaise a décidé de s’exiler en Europe, dans le calme et la sérénité de l’île d’Elbe, dans l’archipel Toscan, avec un besoin et une nécessité forte de s’affranchir durant un temps de ses comparses et de la vie parfois contraignante du groupe. La chanteuse a pu ainsi se permettre de laisser libre court à ses idées, donnant naissance à ce premier album intitulé Adult Baby, sorte de journal intime salvateur et enchanteur.

Ici, la voix légère et palpitante de Kazu Makino flirte avec des boucles de synthés et de cordes, tant qu’on en perd parfois le fil, comme enivré par ces textures sonores délicates et vaporeuses concoctées par le célèbre musicien et producteur Ryuichi Sakamoto, venu ici en renfort pour mettre en forme toutes les idées de la chanteuse. Et il n’est pas le seul. Quelques amis batteurs et percussionnistes, dont la présence demeure parfois discrète, offrent à l’ensemble de l’œuvre quelques points d’impact notables, comme Mauro Refosco d’Atoms For Peace sur l’ouverture Salty ou la conclusion Coyote, comme Greg Saunier de Deerhoof sur le sublime Undo, ou bien encore comme Ian Chang de Son Lux sur la plupart des autres titres.

Epanouie et radieuse, c’est ainsi que Kazu Makino apparaît sur ce disque qui sonne pour elle comme une forme de renaissance. En écoutant Adult Baby, on pense parfois aux escapades solitaires de Thom Yorke, à la mélancolie clair-obscur de Portishead, mais beaucoup et surtout à la joie créatrice dune certaine Björk. Il ne fait d’ailleurs aucun doute que la japonaise semble désormais marcher sur les plates bandes de son homologue islandaise, Adult Baby nous prenant bien plus aux tripes – avouons le – que n’importe laquelle des dernières productions offertes par Björk. Un titre comme Meo suffit à convaincre en l’écoutant. Ce morceau, tout comme le reste de l’album, forme une œuvre complète, contemplative et lancinante, dont la teneur abstraite devrait en déconcerter plus d’un certes, mais qui ravira à coups sûrs les fans des derniers albums de Blonde Redhead en attente inlassablement du prochain.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Come Behind Me, So Good!, Meo, Undo


No Comments

Post A Comment