JPEGMAFIA – ‘All My Heroes Are Cornballs’

JPEGMAFIA – ‘All My Heroes Are Cornballs’

Album / EQT / 13.09.2019
Hip hop expérimental

Il nous arrive de temps en temps chez Mowno de parler d’un disque bien après sa sortie. Parfois parce que nous sommes tout simplement passés à coté, d’autres parce que le disque en question nous aura nécessité une écoute plus approfondie, du moins à la hauteur de l’énorme gifle qu’il nous aura infligé. Le dernier album du rappeur de Baltimore fait incontestablement partie de cette deuxième catégorie. Le genre d’album déroutant, où vous pouvez d’emblée oublier tout ce que vous pensez connaître sur la musique. All My Heroes Are Cornballs – traduisez ‘tous mes héros sont cul-cul la praline’ – n’est pas simplement l’énième tentative expérimentale d’un artiste hip-hop en cette fin de décennie. Non, cet album restera comme l’une des plus grosses surprises de 2019, et sans nul doute l’un des meilleurs de l’année. Et de loin.

Déjà encensé pour son précédent opus Veteran paru l’an dernier, JPEGMAFIA revient donc avec un disque qu’il a curieusement commencé à dénigrer à la seconde même où l’annonce de sortie était faite. Une œuvre décevante selon lui, mais qui prouve en réalité à quel point l’américain mène ici très bien son jeu, en gérant sa communication tel un expert et en attisant ainsi la curiosité de tous. A coups de vidéos sur internet le montrant en studio faisant écouter sa nouvelle oeuvre à quelques uns de ses copains et collaborateurs – notamment Jeff Tweedy de Wilco ou encore le britannique James Blake – JPEGMAFIA tenait peut-être ici sa meilleure publicité : celle montrant les regards surpris et déroutés de ses comparses à l’issue de séances d’écoutes pour le moins surprenantes. Si ces gars là semblent sans voix, alors pourquoi pas nous ?

18 titres pour 45 minutes, All My Heroes Are Cornballs est un véritable monstre à têtes multiples. Un condensé d’idées à l’état brut, où chaque piste contient non pas une, pas deux, mais parfois jusqu’à trois idées. On passe d’ambiances posées et douces à du hip-hop bruitiste en une fraction de seconde, sans même savoir si on a changé de morceau ou non. Rarement un artiste aura aussi bien réussi à montrer autant de facettes en une seule œuvre, autant de génie et de folie réunis sur un même disque. Difficile de citer un titre en particulier tant l’album s’écoute à la manière d’une mixtape, chaque morceau s’imbriquant l’un après l’autre comme un zapping à grande vitesse. A l’oreille, tous ces changements peuvent d’ailleurs paraître abruptes, mais en réalité la technicité avec laquelle JPEGMAFIA réussit son coup y est tellement sublime que ça tend plutôt à la fascination au fil de l’écoute. On pourrait parfois croire à du grand n’importe quoi et pourtant, la maitrise est totale. De plus, elle n’est pas dépourvue de sens et de fond, le rappeur se nourrissant ici des thèmes qu’il connaît et maitrise parfaitement, comme le racisme ambiant aux USA, la guerre pour laquelle il a été envoyé en tant qu’ancien soldat, ou bien encore les médias, notamment l’anonymat sur internet.

Alors que la musique easy-listening a encore de beaux jours devant elle, All My Heroes Are Cornballs est un album pour lequel il faut savoir persévérer pour en être récompensé. Ce disque est au hip-hop ce que Centipede HZ d’Animal Collective est à la musique expérimentale, à savoir une œuvre inclassable à l’esthétisme singulier, bourrée de folie, et dont l’assemblage inouï rappellerait avec passion les meilleurs faits d’arme de Madlib ou bien encore de Kanye West. Nul ne sait si JPEGMAFIA sera autant estimé et reconnu dans le futur que ces deux pontes dont il demeure fan, mais gageons qu’il en prend assurément le chemin. Un disque à écouter d’urgence donc.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Le disque dans sa totalité


Tags:
,
No Comments

Post A Comment