Jeff Parker – ‘Suite for Max Brown’

Jeff Parker – ‘Suite for Max Brown’

Album / International Anthem / 24.01.2020
Jazz

Probablement plus connu en sa qualité de membre de Tortoise, le guitariste et multi-instrumentiste Jeff Parker mène parallèlement une carrière impressionnante en multipliant les collaborations innombrables et variées, mais aussi en développant en solo une œuvre admirable. Moins expérimentale que celle du groupe emblématique de la scène underground de Chicago, sa musique est davantage ancrée dans le jazz tout en témoignant de l’esprit libre et versatile de son géniteur.

Reflet de ses inspirations diverses, Suite for Max Brown constitue une collection hétérogène de jazz, rythmes hip hop et autres expérimentations électroniques lorgnant vers l’ambient. Succédant à The New Breed paru en 2016 et qui était alors dédié à son père décédé au cours de son enregistrement, Jeff Parker offre ce nouvel opus à sa mère Maxine Brown dont la photographie orne sa couverture.

C’est donc l’occasion pour le musicien de revisiter son héritage et rendre au passage hommage aux grandes figures du jazz qui l’ont marqué en reprenant avec une affection évidente After the Rain de John Coltrane, ou encore en revisitant le Black Narcissus de Joe Henderson (Gnarciss). Loin toutefois de laisser étouffer sa créativité sous le poids de la tradition, Jeff Parker n’hésite pas à délaisser le carcan académique dans lequel les musiciens jazz peuvent parfois se perdre.

S’il est avant tout reconnu pour ses talents de guitariste, l’album est loin d’être centré sur ce seul instrument et permet à l’artiste de déployer toute la palette de ses compétences de bidouilleur et de metteur en son au service d’une vision esthétique toute personnelle. On navigue ainsi de Build a Nest, titre de R’n’B moderne chanté par sa fille Ruby Parker, à l’étrange Fusion Swirl doté d’une ligne de basse circulaire survolée par un drone de synthé en apesanteur s’échouant sur une plage de guitare ambient. Cette même ligne de basse se retrouvera également sur Go Away, jam session propulsée par le groove irrésistible du batteur Makaya McCraven et habillée de claps, nappes de synthé et autres cymbales sifflantes en fond de mix. Le tout donne un résultat incongru, à la fois nerveux et contemplatif, physique et abstrait.

Le titre de clôture (Max Brown) vient offrir une conclusion parfaite à ce parcours et synthétiser ses multiples facettes en conjuguant au sein d’une longue suite de dix minutes les mélodies jazz, traitements sonores et divagations abstraites. Au confluent de son héritage musical et de son insatiable curiosité, on croit apercevoir l’identité complexe et fuyante d’un artiste passionnant.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Go Away, Max Brown, Fusion Swirl, BuildA Nest


No Comments

Post A Comment