Irène Drésel – ‘Hyper Cristal’

Irène Drésel – ‘Hyper Cristal’

Album / Room Records / 29.03.2019
Cherry techno blossoms


Elle nous avait déjà ensorcelé avec son single Molitor, puis trois ans plus tard avec le maxi Rita, sur lesquels sa techno fleurie avait l’art et la manière de faire danser en sensualité. Il était temps qu’Irène Drésel change de format et s’adonne aux plaisirs du LP. Hyper Cristal vient combler le manque avec quatorze titres nourris de nappes envoûtantes et de kicks bien sentis.

Autant prévenir, Irène Drésel a la vibration facile et la boucle éclatante. Celle qui a quitté Paris il y a quelques années pour composer en rase campagne garde le club à portée de main, prêtresse d’une nuit à la fois romantique et farouche. La spirale temporisée de Chambre2 élève vers les voûtes célestes quand Icone garde le détail cristallin mais conserve un socle binaire, presque glacé, situant la musique d’Irène Drésel aux confins des espaces, pourvus qu’ils soient ultra sensoriels.

Les synthétiseurs en pleine floraison, elle aligne sur cet Hyper Cristal des élégies techno sombres et magnétiques, y réintègre même ses singles Icone et Medusa sortis l’an dernier. Toute l’intensité dont Irène Drésel est capable se voit résumé avec Show Off qui bourgeonne pendant plus de six minutes, puisant sans relâche dans ce qu’il reste d’émotions pour mieux embrasser la transe. Un tour de force assez impressionnant.

Moitié sirène, moitié gorgone, Irène Drésel étourdit. L’aura de la séduction infuse ses compositions sans verser pour autant dans la fadaise. Hyper Cristal est un petit bijou brut, une parure attrayante qui s’écoute d’une traite. Les nappes y durent, tissées de variations sensibles avant d’être réveillées brutalement. Main de fer, gant de velours, Irène sait y faire.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Show Off, Veil, Rajadamnern


Pas de commentaire

Poster un commentaire