Go Public! – ‘Between Nowhere and Goodbye’

Go Public! – ‘Between Nowhere and Goodbye’

Album / Twenty Something / 09.12.2022
Punk rock

Noël approche, et avec lui la perspective de se retrouver une nouvelle fois à table avec le tonton relou climato-sceptique à qui vous cherchez une énième occasion de démontrer le manque de fondement des propos. Penchez vous donc sur la scène punk lyonnaise. Dans le Rhône, où la neige est pourtant fréquente, on assiste depuis quelques mois à un tel dégel qu’une recrudescence de résurrections agite la population. De sous la glace réduite en eau, se relèvent en effet les âmes et les corps de ceux qui ont fait la force de la scène rock locale (et nationale) des années 90. Et si ce n’est quelques traces apparentes de corrosion, force est de constater que – à l’instar des voisins de Vanilla Blue (Sixpack, Protex Blue…) – Go Public! affiche un savoir faire intact tout au long de son premier album.

Réunion inespérée d’anciens combattants aperçus chez Sixpack, Condense, Garlic Frog Diet ou Parkinson Square, le quatuor le démontre en déclinant son punk-pop mélodique le temps de douze titres réactivant illico les repères d’antan. En premier lieu, le chant de Salim Zouaraa qui – à l’époque de Sixpack, Wei-ji et Busyman – pouvait déjà se targuer d’avoir une des plus belles voix du circuit électrique hexagonal (2 Old 2 Die, In a Park). Que les nostalgiques se rassurent, donc : toujours là, elle se pose avec une facilité déconcertante sur les mélodies déployées derrière lui par un Varou Jan (Condense) aussi dextère qu’inspiré (All Faith Lost, Snowball, Blind Heart, Restless Kid), solidement épaulé par une section rythmique au cardio manifestement entrainé (Getting Late, Carribean 68, A Rose In Her Hair).

Réuni par une affection toute pour Hüsker Dü, Samiam et Jawbreaker, voire, dans les instants les moins mélodiques, pour la scène de Washington D.C. également à l’oeuvre il y a vingt ans (FM1), Go Public! sert ici en toute humilité une véritable démonstration de punk rock américain, que certains américains eux-mêmes auraient incontestablement rêvé de composer. Reste maintenant à évaluer tout ce talent sur scène, où le groupe sera rejoint à la guitare par Pit Samprass, ancien frontman des Burning Heads. La boucle est bouclée et nous, les verres de lunettes embués, on suffoque à ne même plus pouvoir implorer le réchauffement climatique.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE

2 Old 2 Die, Snowball, Getting Late, FM1, Restless Kid


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.