Fat White Family – ‘Serfs Up!’

Fat White Family – ‘Serfs Up!’

Album / Domino / 19.04.2019
British Psychotrope

L’heure est à la renaissance chez les Fat White Family. Il y a trois ans, l’imparfait mais néanmoins addictif Songs For Our Mothers laissait une trace indélébile dans l’histoire du groupe, alors au bord de l’implosion. Addictions aux drogues, guerres d’égos, polémiques autour de certains clips vidéo, ou bien encore tournée promotionnelle virant au fiasco, il fallait du recul et de la hauteur à la bande des frères Saoudi et de Saul Adamczewski pour entrevoir un futur commun. Chacun est donc allé vaquer à ses propres occupations, en s’éloignant de Londres et de ses vices, mais aussi en évoluant dans d’autres formations comme Insecure Men, The Moonlandigz ou encore Warmduscher, comme pour mieux réapprendre et se nourrir d’idées neuves. Et c’est finalement dans la région industrielle du nord de Sheffield que toute la bande se retrouva pour s’atteler à la réalisation d’un troisième album que les fans du groupe et le paysage rock britannique n’espérait peut-être plus. Les dissensions mises de coté, c’est maintenant sous l’égide Domino Records que Fat White Family décide de faire son grand retour, accompagné d’un Serfs Up! totalement surprenant, de part sa qualité et sa proposition musicale inattendue.

C’est désormais du coté de la pop et d’instrumentations sophistiquées que la bande navigue, se démarquant ainsi du carcan simplement rock dont elle était, semble-t-il, devenue si prisonnière. L’air frais et l’ambiance paisible de la campagne associée à l’éloignement de l’héroïne, un cocktail somme toute indispensable pour un groupe qui cherchait à se surprendre en terme d’ambitions musicales et qui offre avec Serfs Up! le disque le plus conséquent et le plus riche de sa discographie. C’est indéniable, l’album est une totale réussite et promet à chaque morceau son véritable lot de surprises. L’ouverture Feet est par exemple à la mesure de ce que se doit d’être un tube pour les Fat White Family. Lias Saoudi y est convaincant en crooner inquiétant et inquiété, le tout sur une rythmique façon hit disco des années 80 associée à quelques percussions macabres. Le ton est donné.

Alors, on se laisse facilement convaincre par l’esprit bancal mais épique de I Believe In Something Better, puis c’est de manière plus envoûtante que Vagina Dentata nous transporte avec ses arrangements sensuels. Coucher de soleil nucléaire ensuite et ambiance pop tropicale sur Kim’s Sunset avec une instrumentation que n’aurait sans doute pas renié Gorillaz, sur des paroles faisant écho au dictateur nord coréen et à ses missiles adorés. Groove industriel sur Fringe Runner, ballade aux arrangements classieux façon Beach Boys sur Oh Sebastian, on va de surprise en surprise sur un disque aussi attachant qu’étonnant. Les mecs de Fat White Family se jouent superbement des préjugés que les gens portent sur eux, et s’aventurent amusés dans la pop avec tout ce qu’elle a de plus British dans l’âme, notamment sur des titres comme Tastes Good With The Money (feat. Baxter Dury) et Rock Fishes.

A l’image de ce que fut Pet Sounds dans la carrière des Beach Boys, Serfs Up! est un véritable kaléidoscope pop psychédélique qui fera date dans la carrière du groupe. Coloré, riche, dense, il permet à la bande de Lias Saoudi d’exploser en douceur les barrières qui se mettaient en travers de son chemin et de mettre en lumière une nouvelle facette de sa personnalité, mélangeant ainsi le lumineux et le macabre, le festif et le torturé, le suave et le brutal. En mettant légèrement de coté les guitares et en faisant un peu plus de place aux talents du jeune frère Nathan Saoudi, spécialiste et collectionneur de synthés en tous genres, Lias et Saul Adamczewski ont ouvert la boite de pandore, ré-ouvert la brèche de la glorieuse et entrainante ère Brit-Pop, notamment celle des plus belles heures qu’ait connues une formation comme Blur. Un must pour cette année 2019.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Feet, I Believe In Something Better, Vagina Dentata, Kim’s Sunsets, Fringe Runner, Oh Sebastian, Rock Fishes, When I Leave


No Comments

Post A Comment