Division of Laura Lee – ‘Apartment’

Division of Laura Lee – ‘Apartment’

Album / Welfare Sounds & Records / 21.08.2020
Punk shoegaze

Division Of Laura Lee prend son temps, et c’est le moins que l’on puisse dire. Sans pression ni autre considération que celle de faire rimer plaisir et passion, les suédois ressortent du nid sept ans après y être rentrés, trois après avoir commencé à claironner leur retour avec un Hollow Pricks bien inscrit dans leur ADN : une éternité qui s’explique par le départ d’un guitariste, une marmaille de plus en plus envahissante, et les petits boulots de chacun bouffant forcément le temps libre passé à donner vie à la musique. Mais pourquoi s’empresser quand on joue un rock aux références intemporelles, qui ne bouge pas (ou presque) d’un iota depuis 2002 et l’excellent Black City qui intronisait le groupe parmi les meilleurs du genre. Une nouvelle fois armé de son savant mélange de punk, de garage, de post hardcore et de shoegaze, avec cette absence totale de compromis qui lui a sûrement valu sa carrière en dents de scie, Division of Laura Lee parvient donc, comme à chaque fois, et dès le premier accord, à gommer sa longue absence.

Convaincu par ce premier single lui ouvrant de nouveau en grand les portes du punk-rock pur et simple, le quatuor a pris ses distances avec les ambitions démesurées de Tree pour se concentrer sur l’essentiel de ce qui l’anime : la mélodie, l’énergie, les refrains qui claquent. En ce sens, et à l’exception des plus apaisés Safe et Always Around qui parviennent brillamment à l’oxygéner, ce nouvel album sonne comme un retour aux sources, l’expérience et le maitrise en sus. Illustration dès l’entame Sit Up Straight qui prend directement à la gorge et rappelle que les quatre scandinaves étaient, dès leur début, habité par des velléités noise rock. Plus loin, Apartment et Curtains se distinguent en laissant respectivement planer une ambiance fugazienne et en invitant Johanna Hellqvist pour un refrain tout en altitude. Bien sûr, un tel parti pris ne va pas sans pots cassés, pourtant jamais rédhibitoires ici : si Paris, Sweat et Spite sont un ton en dessous du reste, aucun d’eux ne nous amène à bouder le plaisir d’un Division Of Laura Lee retrouvé. Et intact.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Dodge Bullets, Hollow Pricks, Apartment, Curtains


No Comments

Post A Comment