Death From Above 1979 – ‘Is 4 Lovers’

Death From Above 1979 – ‘Is 4 Lovers’

Album / Everything Eleven / 26.03.2021
Rock

On pourrait dresser une liste longue comme le bras des groupes qui ont signé un véritable coup d’éclat en guise de premier album, puis qui ont passé le reste de leur carrière à tenter de l’égaler. Dedans, on y trouverait incontestablement Death From Above 1979. En 2004, le duo signait en effet l’incontournable You’re a Woman, I’m a Machine, album de son temps baigné dans un rock efficace  tout en brossant dans le sens du poil tous les fanatiques de Justice ou Soulwax. Les années d’absence du groupe et quelques remixes aidant, ce disque tout de rose vêtu, à la croisée du noise rock et de la nu wave, a logiquement gagné sa place au sein de la bande son d’une décennie secouée par une French Touch 2.0 tendant ouvertement les bras aux sonorités électriques.

Sans être pour autant insignifiante, la suite a vu Death From Above 1979 se contenter de surfer sur ses acquis, dégainer quelques singles efficaces histoire de rappeler son potentiel tubesque (Trainwreck 1979, Freeze Me…), mais surtout se heurter au grand mal des musiciens de ce siècle : la temporalité. Aussi vite oubliés qu’écoutés une fois passés l’enthousiasme et l’excitation, The Physical World et Outrage! Is Now n’ont donc contribué qu’à noyer dans une bière fade tout ce que le bassiste Jesse F.Keeler et le batteur Sebastien Grainger avait réussi à ériger à leurs débuts.

Malheureusement, Is 4 Lovers ne va pas bousculer l’ordre établi au sein de la discographie des canadiens. Avec son sérieux penchant space rock, ce nouvel album lorgne plus que jamais l’héritage laissé en 2004 par le Any Minute Now de Soulwax (Modern Guy, Free Animal), quand il ne se replace pas sur les rails désormais bien élimés de You’re a Woman, I’m a Machine (One+One), ou replonge sans grande inspiration dans l’electro des années 2000 (Glass Homes). Et, cerise sur le gâteau, l’album – comme pour justifier son titre – laisse également sur son passage de mièvres ballades (Love Letter, No War) qui suscitent plus l’ennui qu’elles ne sauvent une histoire d’amour platonique, ou l’âme n’est manifestement plus. Acte manqué.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE


No Comments

Post A Comment