Damien Jurado – ‘What’s New, Tomboy?’

Damien Jurado – ‘What’s New, Tomboy?’

Album / Loose Music / 01.05.2020
Folk

Avec le printemps revient Damien Jurado, sa douceur, ses images, sa chaleur. Et si certains épuisent leur inspiration à vouloir livrer des albums trop fréquemment, lui parvient chaque année à renouveler le miracle. What’s new, Tomboy? est encore une merveille de folk, de justesse et de délicatesse.

L’américain est un spécialiste des disques courts. Plutôt taiseux, à son image. Ses mots et sa musique sont sincères et précis, ils vont toujours à l’essentiel. En moins d’une demie-heure, il nous brosse comme à son habitude dix petites saynètes qui, si elles portent souvent (et cela depuis ses premiers albums) le nom d’une personne, racontent des face-à-face intimes, car l’altérité est une donnée essentielle de son art. Damien Jurado, sous ses airs de cowboys solitaire, possède l’oeil acéré d’un peintre de l’intime. Son honnêteté et son intransigeance font le reste.

Musicalement, What’s New Tomboy? ne propose pourtant rien de neuf mais, peut-être par la voix, par le tempo, on sent l’espace se rouvrir après le précédent In The Shape Of The Storm très introspectif et sombre marqué par la mort d’un ami. Comme à l’accoutumée, quelques rares trémolos d’orgues électriques (Ochoa), une boîte à rythmes (When You Were Few), une nappe synthétique (Arthur Aware) habillent en creux les mélodies ciselées d’une base guitare-voix fabuleuse. On sentirait presque un coeur battre dans les percussions en sourdines qui traversent Francine ou Arthur Aware. Les titres les plus élaborés (Birds Tricked into the Trees, The End Of The Road) portent quant à eux le souffle des grandes plaines.

Disque vivant, What’s New Tomboy? est encore un grand album d’un grand musicien qui déroule une oeuvre intègre et sincère, sans superflu, et sans lassitude. Damien Jurado est un compagnon qu’on se réjouit de retrouver avec le printemps.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Birds Tricked into the Trees, Ochoa, Arthur Aware, When You Were Few, The End Of The Road


No Comments

Post A Comment