Clipping. – ‘There Existed an Addiction to Blood’

Clipping. – ‘There Existed an Addiction to Blood’

Album / Sub Pop / 18.10.2019
Horrorcore

En se tenant volontairement éloigné des avant-gardistes d’antan comme des tendances régissant depuis toujours le hip hop mainstream, Clipping a constamment fait en sorte d’élever sa musique au rang d’art, plutôt que de n’être qu’une simple pierre de plus à un édifice multi-générationnel. Sombre, oppressant, labyrinthique, le registre du trio californien infiltre au genre des doses uniques de sonorités indus et chaotiques depuis maintenant cinq ans.

Une chose est sûre, si Clipping est un envoyé du futur, l’avenir sera tout aussi captivant que flippant. Mais ce n’est pas pour tout de suite : en ravivant les souvenirs de l’horrorcore si cher à Gravediggaz, Bone Thugs N-Harmony ou Three 6 Mafia durant les années 90, c’est une véritable marche arrière que le groupe opère tout au long de There Existed an Addiction to Blood, nouvel album aux contours clairement cinématographiques car inspiré – entre autres – de Ganja & Hess, film d’horreur expérimental des années 70.

Dès l’intro, le décor de circonstance est planté, avant d’être décliné au fil de morceaux dont aucun son ne se détache du concept. Clipping affiche alors un minimalisme aussi efficace qu’angoissant, comme pour constamment mettre au premier plan une écriture descriptive, profonde et léchée, délivrée par le flow particulièrement rythmique du narrateur Diggs. A ce titre, Club Down, ou encore He Dead – sorte de rencontre entre TV On The Radio et le Saul Williams des débuts – se permettent même de se passer littéralement de beat. Mais, au rang des grands moments de l’album, on retrouve aussi sans conteste ce Nothing Is Safe se contentant d’une note répétée de piano, d’un aboiement canin et de quelques nappes de synthés plombantes pour faire preuve d’une efficacité redoutable; malgré tout aussi, les morceaux les plus conventionnels (Run For Your Life, The Show, Blood of the Fang, Story 7), tous bouffées d’oxygène dans ce flux incessant d’exigence artistique.

Car seul bémol de cet album, la démarche parfois jusqu’au boutiste de Clipping qui, parti dans ses expérimentations bruitistes, flirte à plusieurs reprises avec l’inaudible. C’est notamment le cas lors des contributions de The Rita ou Pedestrian Deposit qui, à eux d’eux, emmènent le trio vers des contrées nettement plus élitistes et cérébrales. En attestent Attenument, la seconde moitié pour le moins éreintante de La Mala Ordina pourtant bien embarquée, ou la dernière minute de All In Your Head à la production pourtant inspirée. A l’autre extrémité du spectre, que dire de la dernière piste offrant à écouter un piano brûler pendant près de 20 minutes ? Peut être un rappel que ce There Existed an Addiction to Blood se doit d’être écouté à minima à la lueur d’une bougie pour ne pas céder à une crise de panique irréversible. Si certains nous promettent l’apocalypse, il semble que d’autres soient déjà en mesure de nous la raconter.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Nothing Is Safe, He Dead, Club Down, Run For Life, The Show, Blood of the Fang, Story 7


Tags:
,
No Comments

Post A Comment