Chapelier Fou – ‘Méridiens’

Chapelier Fou – ‘Méridiens’

Album / Ici d’Ailleurs / 28.02.2020
Electro acoustique

Plus de deux ans sont passés depuis que Chapelier Fou a sorti son dernier album, soufflant chez lui un vent de liberté plus fort que jamais. Avec son savant mélange de sonorités acoustiques et électroniques truffé de mélodies, Muance permettait toutes les envies de son géniteur, tout en décrochant une cohérence que l’on pourrait trop rapidement qualifier de miraculeuse si on sous estimait le talent du messin à toujours retomber sur ses pieds.

Sans surprise, Méridiens est du même acabit, renoue avec les sonorités chères à Louis Warynski, drapées d’atmosphères cinématographiques en partie instaurées par le recours aux cordes (le très réussi Constantinople, Am Schlachtensee, La Vie de Cocagne, Le Méridien du Péricarde, Everest Trail). Parfois poussées jusqu’à l’orée de la musique classique (L’Austère Nuit d’Ubqar), elles aiment aussi s’aventurer sur des territoires jazz laissant remonter quelques effluves du Cinematic Orchestra (Insane Realms). Mais quelles que soient les directions qu’il prend, y compris les plus radicales et pointues (Cattenom Drones, Asteroid Refuge), Chapelier Fou impressionne par son electronica maitrisée et soucieuse du moindre détail (Le Triangle des Bermudes).

Majoritairement à deux visages, les compositions de Méridiens évoluent sans cesse, s’achèvent rarement comme elles ont commencé, promettant au fur et à mesure de leur avancée non seulement un refus de la linéarité toujours bienvenu en matière de musique électronique, mais surtout une imprévisibilité qui vous agrippe du début à la fin tel un bon suspens. Avec talent et une facilité insolente, le discret Chapelier Fou parvient donc une nouvelle fois à hisser son electro singulière au rang de grande musique.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Constantinople, Cattenom Drones, Le Triangle des Bermudes, Le Désert de Sonora


No Comments

Post A Comment