Chafouin – ‘Toufoulcan’

Chafouin – ‘Toufoulcan’

Album / Epicericords / 17.09.2021
Math rock noise expérimental

‘The Ex en Provence’. Voici comment Chafouin définissait son style par l’intermédiaire d’une de ses compositions sorties il y a trois ans. Avant de tomber par hasard sur ce titre, qui est aussi un amusant ‘elevator pitch’ (comme disent les ricains), on en était réduit à se prendre la tête entre quatre mains pour trouver les étiquettes les plus aptes à décrire le joli foutoir qui surgit aujourd’hui de Toufoulcan, tout dernier album de ce side-project lancé par le guitariste de Marilyn Rambo. Math-rock ? Post-noise ? Post-math-rock-disco-zouk-noise ? Post-chanson française hypnotique, electro et saturée ? Post-rock ? Post-post rock ? (rigolez pas, c’est le titre d’un des morceaux du disque !) On remerciera donc Chafouin de nous mâcher le travail avec cette ancienne description ci-dessus, à laquelle on pourrait rajouter le terme très pointu que ce ‘quartet à géométrie variable’ utilise également pour se présenter, à savoir… ‘une sorte de rock’. Dans les deux cas, c’est à la fois drôle et sérieux, dilettante mais juste, ironique et pourtant totalement sincère. Tout comme la musique de Chafouin elle-même.

Car si l’ambiance de Toufoulcan, ainsi que l’humour de ses paroles jetées sur une bonne moitié des titres, se prêtent bien évidemment à la fiesta DIY telle qu’une certaine scène typiquement française en raffole, le disque n’en reste pas moins dans la lignée hautement convaincante de ses prédécesseurs. Oui, ma bonne dame, tout fout certes le camp, mais on peut encore se faire plaisir aujourd’hui sans renoncer à une certaine exigence. Qu’elle soit nerveuse ou relâchée, sombre ou plus enlevée, l’instrumentation de Chafouin est en effet toujours dans la dynamique adéquate au morceau, avec une attirance particulière pour les montées inopinées d’un demi-ton et les changements de gamme, comme sur Piano Assi et Dire Ouf. Cette ambiguïté harmonique, qui donne l’impression de se tenir en permanence en équilibre sur un fil, capte de fait l’attention et permet au caractère répétitif des tournes de gratte de ne jamais être totalement prévisible. En bref, l’écriture est bien plus chiadée qu’elle n’y paraît lors d’une première écoute.

On retrouve également cette tension dans les textes du groupe, à prendre au premier ou au second degré. L’existentialisme est-il un humanisme ? Pandémie et ‘petits problèmes’ peuvent-ils faire bon ménage ? Est-on ridicule quand on fait la nouba façon Bézu sur du rock underground ? Derrière le ton enjôleur de façade, Chafouin se permet même parfois d’appuyer là où ça fait mal, comme dans En Silence, pièce centrale de ce disque où on est prié de finir ses derniers jours sans faire trop de vagues. Les résidents d’EHPAD apprécieront, surtout en ce moment… Le rire est donc ici aussi jaune que les basses sont saturées, les guitares tortueuses, et les touches de clavier abrasives. Sous la plage de la pochette, les pavés. Voire même les parpaings.

Dans la catégorie what-the-fuck?, Toufoulcan devrait ainsi rester durablement dans les mémoires grâce à un art du zig zag qui permet de réconcilier rock instrumental et chanson, Shellac et Philippe Katherine, Slint et les Little Rabbits (voire même Blur et Patrick Sébastien sur La Foire d’empoigne ?), le tout sans jamais avoir besoin de se justifier ou rougir. Ce faisant, Chafouin s’affirme comme un groupe incontournable de cette scène hexagonale d’expression francophone adepte de télescopages goguenards et de bricolages stylistiques en tous genres, de Tu Brüles Mon Esprit à Francky Goes To Pointe-à-Pitre, en passant par les plus franchement rock’n’roll Marilyn Rambo, bien évidemment. Mais au-delà de cette large scène, on se rend surtout compte que tout le potentiel du projet était en fait déjà résumé dans son seul nom. Car selon les régions de France où l’on se trouve, personne n’a jamais vraiment su avec certitude si le terme ‘chafouin’ renvoie à la tristesse ou à la drôlerie sarcastique. Toufoulcan n’ira pas résoudre ce mystère. Il l’épaissit même, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Pas Trop Vite, Piano Assi, Dire Ouf, En Silence, Les Fous, La Foire d’Empoigne, Paindémie


No Comments

Post A Comment