Cathedrale – ‘Houses Are Built The Same’

Cathedrale – ‘Houses Are Built The Same’

Album / Howlin Banana / 24.04.2020
Garage

Comment se portait la scène garage par chez vous, juste avant le confinement ? A l’écoute du troisième album de Cathedrale, Houses Are Built The Same, il semblerait que cela ne se passait pas mal du tout du côté de Toulouse. Après des semaines à tourner comme des lions en cage, cette nouvelle galette nous donne enfin l’espoir de pouvoir à nouveau participer à des soirées un peu plus sauvages. Depuis la précédente fournée du quatuor, Facing Death, le son s’est même musclé et les compositions ont gagné en efficacité, permettant à Cathedrale de tenir sans peine le rythme avec lequel leur disque de 42 minutes défile à toute berzingue.

La clé de cette endurance ? Une écriture racée faisant la part belle aux refrains accrocheurs, aux entrelacs guitares-basses qui ont de la gueule, et à un chant quasi-scandé des plus fédérateurs, dont on perçoit sans mal la portée souvent iconoclaste. Gold Rush compare ainsi la course à l’argent, et le chantage au travail rémunéré à une diabolique plante carnivore. Institutions semble dénoncer l’incurie de ces dernières. On capte très bien le message en ce moment. La tension ne se relâche que très rarement et les tubes s’enchainent sans discontinuer, particulièrement vers la fin de l’album, avec le doublé Shine The Light et Is Human A Reptile?, conclusion parfaite sous influence Ennio Morricone / Western Spaghetti particulièrement cinématique avec son solo à la The Shadows – à quand le clip parodique à la Sergio Leone, les gars ?

On imagine aisément qu’au-delà des compositions, c’est aussi l’expérience répétée de la scène qui a permis au jeune groupe de si bien affirmer son propos : les voix sont plus assurées, plus punk dans l’esprit, et l’ensemble est plus massif qu’auparavant, rapprochant Cathédrale de cette esthétique si française du genre, qui continue à attirer tant de musiciens venus au départ d’horizons relativement variés. On pense à Frustration, issu du post-punk, ou Litovsk, venu du punk tout court—qui finalement jouent tous deux un style de rock pas si éloigné de celui à l’œuvre ici. On subodore également que certains fans de la première heure pourraient en conséquence regretter la toute relative uniformisation du son, plus proche de Jay Reatard que de Parquet Courts, même si des écoutes répétées rassurent rapidement sur le sujet, Cathedrale veillant tout-de-même à distiller ces petits moments ‘what-the-fuck ?’ qui le faisait déjà sortir du lot lors de ses productions précédentes. De toute façon, tant que ces quatre-là mettront régulièrement leur plus sincères offrandes sur l’autel des dieux du rock’n’roll, le culte du garage est appelé à avoir de beaux jours devant lui, que ce soit en France, en Navarre ou ailleurs.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
The Bet, Institutions , Open Your Eyes, Gold Rush, Shine The Light, Is Human A Reptile?


No Comments

Post A Comment