Bonny Light Horseman – ‘Rolling Golden Holy’

Bonny Light Horseman – ‘Rolling Golden Holy’

Album / 37d03d / 07.10.2022
Folk moderne

L’automne approche, à l’image des feuilles des arbres, l’effervescence estivale retombe, c’est le moment de l’année parfait pour se réfugier dans le confort de Rolling Golden Holy comme on remet un manteau sur le dos.

Quand le premier album du collectif est sorti début 2020, on aurait pu croire qu’il s’agissait d’un super groupe éphémère, les trois comparses ayant chacun une carrière déjà bien établie. L’aventure s’est révélée bien plus fructueuse, et la synergie si particulière entre les membres les a révélés à eux mêmes, faisant dorénavant de Bonny Light Horseman un groupe à part entière.

C’est bien de ça qu’il s’agit, de synergie, comme quand les planètes s’alignent une fois par siècle. Ensemble, Anaïs Mitchell, Eric D Johnson (Fruit Bats) et le multi-instrumentiste Josh Kaufman ont en quelque sorte révolutionné la musique folk, exercice périlleux que d’autres avant eux ont bâclé par appât du gain ou manque d’inspiration. C’est sûrement parce qu’ils ne cherchaient rien de plus qu’explorer de nouveaux horizons, et une nouvelle amitié, que les trois membres de BLH sont parvenus à donner à la musique folk ce nouveau visage. Entre une Mitchell à l’avant-garde de la folk moderne, un prolifique Johnson qui sait manier sa voix comme personne, et un Kaufman compositeur et producteur de génie, Bonny Light Horseman avait toutes les chances de faire la différence.

Dans ce deuxième album, ils s’émancipent encore un peu plus de la folk traditionnelle en co-écrivant des titres originaux qui asseyent l’efficacité de leur collaboration. Dès le premier morceau, Exile mêlant incontournable banjo et batterie feutrée, on a l’impression d’entrer dans leur studio de Woodstock, témoins silencieux de leur complicité évidente. Le somptueux Comrade Sweetheart est le summum des parfaites harmonies entre les voix si justes de Mitchell et Johnson, on y entend leur sourire et devine le plaisir qu’ils ont à travailler ensemble. California et Gone By Fall résonnent déjà comme des classiques qui accompagneront les après-midi lecture et infusions sous le plaid de ces prochains mois.

Déjà quatre ans qu’ils jouent ensemble et l’alchimie est resté intacte; la houlette discrète de Justin Vernon et du label 37d03d (prononcez People), dont la collaboration entre artistes est le fer de lance, a probablement aidé à porter la magie à ce niveau d’excellence, magie que l’on expérimente pleinement tout au long de Rolling Golden Holy qui s’achève sur Cold Rain and Snow faisant figure de bouquet final, nous laissant détendu, sourire aux lèvres.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE

Comrade Sweetheart, Exile, Gone By Fall, Someone To Weep For Me


Pas de commentaire

Poster un commentaire