bdrmm – ‘I Don’t Know’

bdrmm – ‘I Don’t Know’

Album / Rock Action / 30.06.2023
Shoegaze électro

En 2020, la sortie de Bedroom, premier album d’un énième jeune groupe d’outre-Manche, n’était pas passée inaperçue dans le paysage pourtant chargé d’artistes biberonnés au shoegaze. La recette passée à la sauce anglaise de voix noyées dans la reverb, mêlées à une rythmique droite et des guitares nostalgiquement mélodiques à la manière de DIIV avait été encensée par critiques et public adeptes du genre. Pour son deuxième long format, bdrmm a quitté sa place au sein de l’emblématique Sonic Cathedral pour rejoindre le label Rock Action fondé par Mogwai. Une fausse piste toutefois pour compter sur un éventuel revirement post rock : les musiciens sont revenus avec huit morceaux qui témoignent de la maturité et de l’inspiration engrangées ces trois dernières années, dépassant le cadre qu’ils s’étaient fixé initialement.

Suivant la routine du schéma promotionnel, le quatuor a égrené trois singles qui présageaient d’une suite parfaitement logique au très réussi Bedroom. Après une intro rappelant les moments les plus nerveux du premier album, It’s Just a Bit of Blood plonge ses racines dans le Radiohead des années 2000, tant vocalement que rythmiquement. Plus léger et lumineux, Be Careful est mené par une ligne de basse à la simplicité entêtante jusqu’au final où les guitares reprennent le dessus, le tout dans un enchaînement aussi classique qu’efficace : autant de qualificatifs qu’on peut appliquer à Pulling Stitches dont le groove irrésistible et les guitares MBV-esques font déjà de lui l’un des meilleurs morceaux du groupe.

Malgré ces promesses de continuité, le véritable indice qu’il fallait suivre dans la publication de ces premiers morceaux est plutôt d’ordre visuel. Déroutantes au premier abord, les sonorités et instrumentations exploitées ici par bdrmm se marient entre elles au même titre que les couleurs et les formes abstraites des artworks des singles et du disque. Des morceaux aussi différents que We Fall Apart, sous sa forme de petit tube krautrock au ralenti, et l’instrumental Advertisement One à l’atmosphère cinématographique cohabitent dans une ambiance étrange et cotonneuse. En contrepartie, la ligne directrice de l’album complet a des chances de se révéler difficile à déceler pour l’auditeur peu attentif qui pourra ne pas comprendre comment on peut passer du titre introductif Alps, d’inspiration largement électronique et synthétique, au long, tortueux et mélodique A Final Movement. Mais au bout du compte, c’est en échappant ainsi à tout cloisonnement à un genre particulier que le disque préserve sa richesse et son potentiel.

Jamais à 100% rock orienté shoegaze ni vraiment électronique et ambiant, ce deuxième LP pioche dans tout ça à la fois avec un dosage millimétré et digeste. Le talent de chaque musicien, associé une nouvelle fois à la production tout terrain de Alex Greaves, ont suffi à faire d’une combinaison complexe de genres, de textures sonores et d’ambiances variées un tout cohérent et engageant pour l’auditeur. Avec I Don’t Know, bdrmm va au-delà de ses influences, évite l’écueil de l’album fourre-tout brouillon, et poursuit brillamment sa lancée dans une voie qui se révèle passionnante sortie après sortie.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Pulling Stitches, Alps, It’s Just A Bit of Blood


Pas de commentaire

Poster un commentaire