Makasound Tag

makasound

Les temps sont durs pour l'industrie musicale, pour ne pas dire impitoyables envers les petites structures passionnées qui se démènent afin de proposer des sorties qualitatives et s'éteignent à petit feu. Nouvelle victime, le label Makasound

clin180Album (Makasound) 28/06/2010 Reggae

Ancien bassiste et choriste emblématique des Gladiators aux côtés d’Albert Griffiths de 1969 à 1987, également auteur d’une vingtaine de titres pour le trio, comme le sublime "Rich Man Poor Man" extrait de l’album "Back To Roots", Clinton Fearon est sans conteste l’un des pères de la musique jamaïcaine. En 1987, il rompt avec The Gladiators et s’installe à Seattle, sans abandonner pour autant la musique, qu’il continue avec passion avec son groupe Boogie Brown Band, fondé en 1993. Inépuisable à la veille de son soixantième anniversaire, Clinton revient aujourd’hui avec un neuvième album solo

leksen

"Burn", le premier album solo du sénégalais Lëk Sèn signé sur Black Eye - branche expérimentale multi-genres du label Makasound - vient de débarquer dans les bacs. Ayant fait ses armes en rappant au sein du collectif SSK, dont le titre "Dance All" a parcouru le continent africain en 2010 durant la Coupe d’Afrique des Nations de football, le chanteur nous offre aujourd’hui un album plus intimiste

inna180Album (Makasound) 12/07/2010 Reggae acoustique

Après deux ans de silence suite à la sortie du dernier opus de la collection Inna De Yard de Makasound, "Earl "Chinna" Smith & Idrens Vol. 2", nous aurions pu croire que le label parisien avait mis un terme à sa série emblématique après dix opus, sortis à un rythme soutenu de deux albums par an en moyenne depuis 2005. C’était sans compter sur le fait que les artistes Inna De Yard avaient provisoirement quitté leur île en 2009 pour venir se produire en France

sig180Album (Makasound) 08/02/2010 Sonate hip hop

Sig est définitivement un artiste iconoclaste. Cinéaste, photographe, musicien, c'est par ses compositions de bandes originales de films qu'il se fait connaître. C'est aussi par ce biais, et par la suite grâce à ses albums "Vertigo Bound" et "Free Cinematic Sessions", qu'il croise d'autres musiciens talentueux l'accompagnant dans ses projets toujours plus décalés.

Exiles In Babylon[Album] 26/01/2009 (Makasound/Pias) Merger est un des plus beaux exemples de la vivacité de la scène reggae anglo-jamaïcaine des seventies, qui n'hésitait pas à puiser dans la richesse musicale unique qui animait alors le Royaume-Uni. A l'occasion de la 22ème sortie du label, Makasound a ainsi choisi de rééditer le précieux "Exiles Ina Babylon", afin de saluer le génie des trois poly-instrumentistes du groupe qui eut malheureusement une existence éphémère (expliquant sans doute sa très faible médiatisation).
Nostradamus[Album] 20/10/2008 (Makasound/Pias) Après avoir diversifié sa musique auprès d'artistes français aux facettes musicales éclectiques sur son dernier album ("Paris Rockin'" en 2006), Winston McAnuff revient avec un projet beaucoup plus reggae, ancré dans la culture jamaïcaine de ses débuts. Il partage la scène avec la clique habituelle de la série Inna De Yard, c'est-à-dire Clive Hunt, Earl Chinna Smith, Leroy Wallace et bien d'autres. On retrouve même la section cuivrée des Faya Horns, dont la première production très dub a su séduire pas mal de monde cet été.
Earl [Album] 13/10/2008 (Makasound/Pias) Avec déjà neuf albums dans les bacs, la collection Inna De Yard connaît depuis son lancement un très bon rythme de croisière, nourrie en moyenne par deux sorties annuelles. Pour le dixième opus de la série, Earl "Chinna" Smith, un des grands initiateurs du projet, qu'il avait d'ailleurs inauguré en janvier 2005 par "Earl "Chinna" Smith & Idrens", revient sur le devant de la jaquette.
Free Cinematic Sessions[Album] 22/09/2008 (Makasound/Pias) Trois disques, trois ambiances, trois sessions musicales invitant au voyage... Tel est le concept de "Free Cinematic Sessions", nouvel opus du multi-instrumentaliste Sig, également photographe et cinéaste à ses heures perdues. Pour ce dernier projet, l'artiste a voulu créer en musique trois univers cinématographiques en s'entourant, pour chaque session déclinée en quatre morceaux, de musiciens particulièrement reconnus dans le monde du free jazz, comme Erik Truffaz dans l'"Elegia Session", ou le flûtiste américain Chris Hayward dans la "Cameleon Session".