« The Laughing Stalk », nouvel album de Wovenhand

wovenhand

Sur pied depuis maintenant une décennie, Wovenhand s’apprête à sortir « The Laughing Stalk », le septième album de sa discographie. Il marque le départ de Pascal Humbert qui a laissé David Eugene Edwards et le batteur Ordy Garrison recruter deux nouveaux musiciens pour les accompagner. Que les fans s’attendent à un répertoire plus rock et plus heavy qu’à l’accoutumée. Pochette et extrait ci-dessous.

À lire ou écouter également:

,

2 réponses à « The Laughing Stalk », nouvel album de Wovenhand

  1. LEMAITRE ERIC 26 août 2012 à 16 h 46 min #

    N’ayant encore rien écouté de cette toute nouvelle formation, je serais donc prudent sur cette première impression. « Black of the Ink » annonçait par sa forme quasi testamentaire une rupture avec l’univers très mystique proposé jusqu’à présent. Un peu comme la fin d’un cycle … Ce premier titre « Glistening black » annonce en effet un renouveau, pas trop dans le son encore que, la rythmique est beaucoup lourde, mais surtout dans l’intention … plus rock, comme précisé ci dessus. On retrouve toujours le son très travaillé à coup de guitare Gretsch et ciselé par du delay et du vibrato cher à Mr D.E.E. mais avec une rythmique plus heavy, plus grasse , et pourtant sans être dans la veine des années 16Horsepower. … c’est un vrai changement, j’ai hâte d’écouter les autres titres …

  2. fred 4 septembre 2012 à 20 h 17 min #

    Passion Fodder et 16 HorsePower ont bercé ma post-adolescence musicale. Wovenhand était une branche germée de l’arrêt de ces groupes, plus ou moins fatigués j’imagine de courir les routes alors que l’industrie lourde musicale leur laisse si peu de place.
    DEE repart en campagne avec un nouveau groupe, Pascal Humbert ayant décidé de rentrer définitivement à Bordeaux (info site Glitterhouse) ou il travaille épisodiquement avec Bertrand Cantat.
    L’écoute de ce titre marque une rupture, les vidéos récemment postées montrent un DEE aminci, debout (il ne se produisait plus qu’assis, frappé d’élan mystique), accompagné de jeunes musiciens, plein d’énergie. C’est pour moi une renaissance, mais pour combien de temps. Aucun espoir de succès à l’arrivée pour Wovenhand, juste un nouveau départ, les mêmes tournées dans des salles confidentielles, … et pourtant: je serai au Trabendo – Paris le 27/9 et j’achèterai l’album et peut-être un T-shirt.
    Achetez “The Laughing Stalk” et aussi \This Land Is Not Your Land\ de Theo Hakola, de la même veine, disque énorme d’un survivant du Passion Fodder des 80s.

Laisser un commentaire