Le Triptyque en décembre

Jeudi 02 décembre1) LA DANSE DU CHIEN Jazz punk circusDe 20h30 à 23h00 – 10 €Depuis cinq ans qu’ils écument sans relâche les scènes alternatives, La Danse Du Chien a bel et bien marqué son propre territoire. Un territoire à part où les influences jazz, punk, rock et blues copulent allègrement. Avec sa voix rauque qu’on croirait façonnée aux clopes et à l’alcool, le chanteur apparaît comme un croisement incertain entre un Frank Sinatra décadent et un Tom Waits survitaminé. L’orchestration est tout aussi énergique et titubante. Une meute de cuivres enragée assure le gros du travail, en lien étroit avec une guitare qui vire insensiblement du rythm’n’blues psyché façon Jon Sponcer au rock noisy à la Sonic Youth. Ça et là, des teintes folkloriques à base de banjo, d’harmonica, de concertina ou de guimbarde confèrent à l’ensemble des allures foraines et vagabondes. Ce son atypique et sans commune mesure, La Danse du Chien l’a baptisé « Jazz Punk Circus » et en a fait le titre de son premier opus dont on ne peut que tomber à croc !!!2) WINTER GAMES « Snow Ball »Electro – Breakbeat – MinimalDe 23h30 à 06h00 – 3 €MISS ILL (BmC) – ST REMY (Initial Cuts) – PARA ONE (Institubes)Ces jeux d’hiver devraient sans peine réchauffer le coeur des plus frileux. Alors que certains d’entre nous s’apprêtent à enfiler leurs chaussures de ski, Miss Ill, St-Rémy et Para One proposent une excursion nocturne au sommet. Membre du collectif BMC, Miss’ill est sans aucun doute l’une des djettes les plus en vue du moment. Ses mix guerriers combinent break-beat et hip-hop débridé. Fondateur du label parisien Initial Cuts, St-Rémy représente quant à lui le fer de lance de la scène électro minimale et assurera un set groovy et funky. Moitié du duo Fuck A Loop avec Tacteel, Para one s’impose enfin comme le producteur de hip-hop le plus avant-gardiste de l’hexagone – en témoigne son travail d’orfèvre pour le dernier album des TTC. Il devrait sans mal nous entraîner vers le hors-piste avec un set aussi roboratif qu’une bonne bûche de noël, slalomant entre hip hop barré et house bleepy.

Vendredi 03 décembre1) PATRICK EUDELINE et Ses Beaux GossesPunk rock De 20h30 à 23h00 – 8 €Première partie ! MADAME de C*** (Future/Now Unlimited /Paris)Patrick Eudeline, notre rock-critic légendaire, annonce son retour en grandes pompes accompagné de son tout nouveau groupe que Virginie Despentes lui conseilla de nommer « Patrick Eudeline et Ses Beaux Gosses ». Si ses nouveaux musiciens sont en effet plutôt mignons, Eudeline, lui, n’a rien d’un minet et porte les stigmates de son parcours scabreux sur son visage. Celles et ceux qui ont eu la chance de les voir sur scène ont bien cru voir la réincarnation de Gene Vincent avec le Vanilla Fudge à ses côtés, ou bien le MC5… Toujours est-il que le dernier dandy rock, l’ancien chanteur du groupe mythique Asphalt Jungle, n’a rien perdu de sa vitalité et délivre une musique profondément enracinée dans les sixties, une musique organique et mystique qui transpire la douleur et le soulagement. La première partie sera assurée par Madame de C*** qui, dans le sillage de The Jesus & Mary Chain ou de Pavement, ressuscite la pop noisy pour la mettre à l’épreuve du présent. A la fois mélancolique et explosif, leur album fraîchement sorti « Throw It » ne se réclame d’aucune noisystalgie : seule l’émotion et l’attitude comptent!2) TRASH PONEYElectro-rockDe 23h30 à 06h00 – 10 €LIVE! tHe pEneLOpe[s] (Gigolo/A-Traction/Citizen)DJ’s! EVA PEEL (WLA/Balcony) – MURIEL MURENO (M10)Trash Poney nous met en scelle pour une soirée festive, décadente et burlesque, à cheval entre rock et électro. La plantureuse Eva Peel assurera une sélection cross-over et dirty à souhait en préambule du live de tHe pEneLOpe[s]. Seuls nouveaux Français à paraître sur la dernière compile Gigolo du vénéré Helmut, tHe pEneLOpe[s] sont passés maîtres dans l’art du paradoxe. Férus des Smiths, de Nick Cave et de Joy Division, ils prônent une approche lo-fi et quasi-artisanale des machines et défendent leur vision existentialiste et mélodique de l’électro. Plutôt que de se laisser aspirer par la hype, ces deux néo-romantiques préfèrent de loin tourner en province ou a l’étranger (Europe, Amérique du Sud…). Ils nous promettent un live théâtral et tendu avec peut-être, qui sait, la primeur de leur récente reprise de « Alice » des Sisters of Mercy. Ancienne chanteuse de Niagara, Muriel Moreno prendra le relais aux platines pour un set éclectique et foutraque mêlant électro décalée et rock alternatif.

Samedi 04 décembre1) PARTICLEFunktronic RockDe 20h30 à 23h00 – 10 €Eric Gould (basse) – Charlie Hitchcock (guitare) – Steve Molitz (claviers) – Darren Pujalet (batterie)Particle s’est fait connaître à l’aube du troisième millénaire en partageant la scène avec Phish, groupe du Vermont devenu culte pour son éclectisme à tout crin et ses prestations marathoniennes. Ce quatuor de Los Angeles a depuis affiné son identité et donné naissance à un style à part entière : le « funktronic rock », fusion incandescente de funk, de rock et d’électro. La comparaison avec Phish persiste toutefois ; comme Phish, les Particle ont élargit leur cercle d’initiés, les « Particle People », à force de tournées incessantes. Et comme leurs aînés, les Particles affichent un goût du risque prononcé en s’adonnant à des jams explosives où l’interaction avec leur public est motrice. Entre un concert à Glasgow et un autre à Amsterdam, Particle nous réserve la primeur de leur venue parisienne pour célébrer leur premier album « Launchpad ».

2) BLOWOUTTechno Party, tekhouse, tribale techno, technoDe 23h30 à 07h00 – 12 €DJ’S ! STANNY FRANSSEN aka G-FORCE (Terminal M/Genetic rec./Belgique) – D’JAMENCY (Orbital Space/By Pass/Polyphone rec./Lyon) – VIN’Z (Organx rec./Paris) – ALEX K (Organx rec./Paris) LIVE ACT! WIND’S (Calme rec.)A l’honneur de cette soirée « Blow out », le label hexagonal « Organix rec. ». Spécialisé dans une techno hypnotique et évolutive, « Organix rec. » et son fondateur Vin’z accueilleront pour cette occasion Stanny Franssen (alias G-force), dj belge dont la notoriété n’est plus à faire. Des plus prolifiques (à son actif, pas moins d’une quarantaine de maxis et autres remix sur des labels comme Primate, Zinc, Reload, Kobayashi …), Stanny Franssen fait osciller ses mix entre techno métallique et pointue (il ne cache pas son attachement au son de Detroit et à l’EBM), sonorités acides (la TB 303 est l’une de ses machines de chevet) et progressive. Un groove lascif et entêtant qui ne peut laisser de marbre. Demandez donc au public présent lors du festival « I Love Techno ». Autre invité, la moitié du duo Lake Soul alias Alex K, dont le succès remonte à leur premier tube « Autour de toi » (comptine électro dopée aux bpm). Digne représentant d’une scène électronique Rhône-Alpine qui ne cesse de fournir de nouveaux talents, Alex K distille avec le même plaisir freaky house (les prods de Derrick Carter et Luke Salomon en ligne de mire) et électro-techno abrasive (Alter Ego, B-pitch et consorts). Ce line-up sera complété par D’jamency (fondateur de l’agence Orbital Space) et par Wind’s (Calme records), tout deux amateurs de sons qui tapent fort. Cinq poseurs de bombes technoïdes qui n’ont pas prévu de minuterie. Gare au souffle de l’explosion !Mardi 07 décembreAKOUSTIK SESSION #7Local Songs From All Around The WorldDe 20h30 à 02h00 – 8 €AYO – FANTAZIO’S URBAN VOUDOU – SAMBOU KOUYATEAu programme de cette Akoustik Session : du folk-reggae-soul, des contrebarrissements rockabilly et de l’afro-pop mandingue. Ayo a grandi en Allemagne bercée par les disques de soul et de reggae que lui fit découvrir son père, un DJ nigérian. C’est seule sur scène que la jeune métisse a conquis Paname. Avec un jeu de guitare folk et épuré, une voix à faire pâlir Tracy Chapman et des paroles simples et intimistes, Ayo parvient toujours à ses fins : flanquer la chair de poule ! Fasciné depuis tout petit par le personnage d’Elephant Man, Fantazio a quant à lui choisi le plus éléphantesque des instruments : la contrebasse. Dans sa musique, il enfouit ses fantasmes et fait ressurgir les réminiscences de ses années d’errance entre Berlin et Pékin. Crooner au pied marin, Fantazio gémit, grogne et barrit, et chante tantôt en anglais tantôt en italien. Il lui arrive parfois même de s’autoriser une reprise rockabilly du « Tainted Love » de Soft Cell. Il sera accompagné pour l’occasion de Frank Williams (Williams Traffic) à la guitare et du batteur iconoclaste Denis Charolles. Vous avez dit bête de foire ? Le koriste sénégalais Sambou Kouyate clôturera la soirée. Né à Dakar dans une famille de griot, il fut initié très tôt à la kora par deux grands maîtres : son père et son grand frère. Il navigua ensuite de groupe en groupe en tant que chanteur, koriste et percussionniste et sillonna l’Afrique de l’Ouest de long en large. Sambou Kouyate a aujourd’hui trouvé son identité musicale dans une afro-pop d’inspiration mandingue.

Mercredi 08 décembreGORAN KAJFES Jazz scandinaveDe 20h30 à 23h00 – 18 € (préventes Fnac 17,60 €)Goran Kajfes (trompette) – Janne Robertson (batterie) – Johan Berthling (contrebasse)Jesper Nordenström (clavier) – Jonas Kullhammar (saxophone)Goran Kajfeš est un musicien qui a engrangé des expériences et influences si diverses qu’il est difficile de lui « coller » une étiquette. Fils d’un pianiste de jazz, il commence par la trompette classique avant de vivre une véritable révélation pour le jazz. Après avoir suivi des études au conservatoire rythmique de Copenhague, il enchaîne les tournées avec plusieurs formations suédoises, dont le clinquant quintet scandinave « Oddjob » qui sera récompensé par le Grammy Awards suédois du meilleur album Jazz en 2002. Il s’intéresse de près aux musiques électroniques et trouve doucement sa signature avant de rencontrer David Österberg qui lui proposera d’enregistrer son nouvel album, avec le « son » Kajfeš. Sideman de luxe, il a aussi enregistré avec des artistes « hors jazz » tels que Eagle-Eye-Cherry ou Janet Jackson. Dans « Head Spin », Goran Kajfeš puise ses inspirations dans la musique électronique, le hard bop, l’ambient et se joue même des rythmiques « reggae » pour « Nuclear War », unique thème du disque emprunté au compositeur Sun Ra. Pour enregistrer « Head Spin », Goran Kajfeš s’entoure des meilleurs solistes scandinaves, notamment l’excellent Per « Ruskträsk » Johansson (partenaire régulier de Roy Hargrove, Randy Brecker ou Nils Landgren) et fort d’une incroyable cohésion de groupe, sa formation à géométrie variable nous distille un jazz à la douce acidité.

Jeudi 09 décembre1) NEW YORK SKA-JAZZ ENSEMBLESka-jazz – Rock Steady De 20h30 à 23h30 – 12 € (TR 10 € – préventes)Fred Reiter (saxophone, flûte, lead vocal) – Jonathan McCain (batteur) – Sheldon Gregg (basse) – Andy Stack (guitare) – Peter Truffa (claviers) – Mark Paquin (trombone) Ce qu’il y a de bien avec le New York Ska-Jazz Ensemble, c’est qu’il ne dissimule absolument rien ni de sa provenance ni de ses aspirations. Ce sextet vient en effet de la Grosse Pomme et revisite de manière inédite le swing des 30’s et le jazz-funk à la sauce ska avec un soupçon de reggae. Pour la petite histoire, cet ensemble a subi moult remaniements depuis sa création il y a dix ans, et ne compte aujourd’hui en son sein que deux de ses fondateurs : le saxophoniste virtuose Freddie Reiter et le batteur Jonathan McCain, tous deux anciens membres des légendaires Toasters. Parmi les nouvelles recrues, on notera la présence du tromboniste Mark Paquin du Jamaïcain Liberation Orchestra. Avec « Minor Moods », le NYSka-Jazz confirme son rôle majeur dans la scène ska et s’autorise même des reprises inventives et remuantes de Miles Davis et de Thelonious Monk.

2) DB UNITBRUTAL X.MAS PARTYDrum’n’bass – Liquid Drum23h30>05h00 – Entrée sur lancé de déDJ ROM1 (Explicit Unity/Lille) – KEUTCH (Drum’n’grass/Fr) + MC TRIP (Spitkingdom/UK) – SOPER & MOUSSCHEMIST(Digithugs/Jetset/Fr) ELISA DO BRASIL (???)Dans le milieu drum&bass aussi on sait fêter noël. Preuve en est ce soir avec cette DB Unit de circonstance. Mais autant vous prévenir tout de suite : ici, point de guirlandes ni de colifichets ni de petit papa quand tu descendras du ciel… Non là on vous parle d’une « Brutal X.Mas Party », c’est pas vraiment la même chose ! Elisa do Brasil réunit pour se faire un casting de premier choix pour la distribution des beats. DJ Rom1 et Keutch assureront un set en back to back, agrémenté pour l’occasion du flow expert de MC Trip, membre de la fameuse écurie britannique Spitkingdom. Et bien évidemment, puisqu’une DBUnit ne se déroule jamais sans ses plus valeureux représentants, Soper et Mousschemist seront là pour tabasser Vendredi 10 décembre1) 75 LYRICALHip-hop Ragga20h00>23h00 – 10 € (préventes 11,50 €)DELTA – ONYLEE CREW – LE SEPT – LOOP – L’ENFLURE – RAMS’S – BIF – NYXSO – WUKO – EDGIADe 20h00 à 23h00 – 10 € (gratuit pour les filles jusqu’à 21h00) Vente de disques à l’entrée 5 € au lieu de 16 €La sortie de la compilation « 75 Lyrical » sur le label indé Edgia apporte la preuve de l’effervescence de la scène ragga/hip-hop parisienne. Seize des chanteurs présents sur la compile se réunissent ce soir pour un live-show d’envergure. Parmi eux, Delta du groupe Expression Directe qui signe son grand retour en solo, l’agitateur de méninge Le Sept (auteur l’an dernier d’un inoubliable projet solo, « Amnésie »), le rappeur schizophrénique Presto l’Alchimiste qui trouve en Loop l.o.c.k. son double microphonique. Sans oublier L’Enflure, Rams’s, Bif, Nyxso, Wuko et Edgia, ainsi que la formation ragga Onylee Crew et ses huit toasteurs aux timbres de voix africains.

2) ALORS LES FILLES, ON SE PROMENE ?Electro hip-hop23h30>06h00 – 10 € (gratuit pour les filles avant 00h30)LIVE ! MODESELEKTOR (Bpitch/Berlin)DJs! LA SUPERFAMILLECONNE (TTC, Orgasmic, Paraone, Tacteel et Siskid) + Guests– « Alors les filles ? – Bah tranquille tu vois. On se promène, on écoute du hip hop de bâtards bâtardisé par une bande de bâtards surentraînés : la SuperFamilleConne !!! – Et après ? – Et après on se termine à base de Tekilatex tu vois et on s’effondre tranquille à la zon-mé devant Très Chasse sur TF1. » Ce genre de conversation surréaliste, on y assiste seulement au Triptyque et seulement lors des fameuses soirées « Alors les Filles on se promène ? » menées de mains de maîtres par les nouveaux boss du Dirty Sound parisien : Teki, Tido, Cuizi, Orgasmik, Para, Tacteel aka La SuperfamilleConne. Chacune de leurs virées nocturnes est l’occasion des débordements musicaux les plus jouissifs et corrosifs : l’efficacité du gros rap mainstream et underground se télescopant avec les meilleurs titres électro-festifs, le tout dans une ambiance surchauffé à la limite de la rupture. Cette deuxième soirée sera d’autant plus couillue car c’est le duo teuton Modeselektor qui viendra prêter main forte à notre joyeuse bande de furieux. Déjà responsables de plusieurs maxis dévastateurs sur le label B-Pitch Control, Gernot et Sebastian nous régaleront en live de leurs productions electro-hiphop décalées et novatrices.

Samedi 11 décembre1) GRAFFITI & RUDE BOY 67′ Release PartyElectro minimal – hip hop – dub – jazz20h30>23h00 – 10 € sur place (11.50 € préventes)Live! AOKI TAKAMASA (Progressive Form/ Cirque/ Japon) – RADIQ (Logistic Records/ Progressive Form/ Cirque/ Japon) – BLACK CROM – TERRY – Vj ! Menu BSi l’on a tendance à réduire le hip hop aux seules scènes américaine et française, le pays du soleil levant compte de plus en plus de B-boy. Troquant leurs kimonos contre des baggy xxl, les jeunes japonais, loin de se borner à reproduire les codes du genre, ont su définir des approches nouvelles. C’est le cas de Yoshiro Hanno alias Radiq dont le nouvel album , intitulé « Graffiti & Rude Boy 67′ », vient de sortir sur le label Logistic. Cet opus aligne les vignettes abstract hip-hop aux mélodies extatiques de manière aérienne. L’atmosphère vaporeuse et dubby de certains morceaux nous fait évidemment penser aux estampes du Mont Fuji enneigé réalisées par Hokusaï il y a deux siècles. A mi-chemin entre Prefuse 73 et Chris de Luca, les productions du japonais jouent sur les découpes de voix (en l’occurrence celle de la chanteuse Terry et du rappeur Black Chrome) et les beats organiques très bleepy. Armé de son laptop, Radiq nous livrera la primauté de ces toutes nouvelles compositions en live. Autre japonais en goguette à Paris, Aoki Takamassa est à placer dans le sillage d’Autechre et d’Aphex Twin. Féru d’électronica expérimentale (son dernier album « Indigo Rose » sorti sur Moshi Moshi s’inscrit dans cette tendance), Aoki n’en demeure pas moins accro aux mélodies pop et aux comptines naïves. Une électro mentale, mais légère et donc jamais rébarbative. Cette soirée entièrement live sera mise en image par le Vj Menu B.

2) CHIENNES HI-FIElectro au féminin23h30>06h00 – 10 €LIVE! KAP BAMBINO & KHIMA FRANCE (Wwilko/ Fr.)DJs ! DJ MINI (Parking/ Montréal) SELECTA ! LES PUTAFRANGES (Chiennes Hi-Filles/ Paris)Kap Bambino et leur chanteuse Khima France auraient tendance à nous réconcilier avec la vague électro-rock du moment. Suite à des prestations remarquées dans plusieurs festivals cet été (« festival d’Evreux » notamment), cette formation électro-punk se révèle des plus prometteuses. Pas encore rattrapé par la hype, Kap Bambino conjugue sonorités brutes, rythmiques haletantes et compositions plus sucrées. Les riffs envoyés par Orion Bouvier (l’homme-machine du groupe) éclaboussent la voix tantôt criarde, tantôt doucereuse d’une Khima France, pour qui la scène est un champs de bataille. Ne vous étonnez pas de la voir se rouler par terre tout en expiant des paroles pécheresses ; la belle est accoutumée aux prestations viscérales. Dj Mini serait du genre à être petite par le pseudo et grande par le talent. Les sets de cette jeune djette de Montréal prennent des allures de rodéos sauvages dans un « Parking » (son club de résidence). Elle n’hésite pas à faire se télescoper techno, break beat, indus, électro minimale, punk rock. Un « Tetris musical » qui a séduit dj Tiga, Ellen Allien, Terranova et bien d’autres. Les Putafranges, dont l’aura médiatique ne cesse de s’accroître, achèveront la soirée. Leur hydromelectro séduirait n’importe quel païen.

Dimanche 12 décembreMASTER BLASTERJam Session De 21h00 à 03h00 – Entrée libreGUEST! ?????????????????Lundi 13 décembreLA BANDE PASSANTEL’actualité des musiques francophonesDe 20h30 à 00h00 – Entrée libre sur invitationFLORENT MARCHET – TTCNouvelle édition de La Bande Passante, nouveau clash culturel. A priori, la comparaison entre Florent Marchet, valeur montante de la pop française et TTC, groupe électro-hip-hop aux textes surréalistes, n’est pas aisée. Et pourtant, si les chemins musicaux empruntés diffèrent, le fond se rejoint parfois. Quand Florent Marchet affiche sans complexe ses origines provinciales (ce berrichon d’origine parle avec tendresse d’une campagne désertée), les TTC quant à eux, ne se cachent pas d’aimer la variété française des années quatre-vingt et le font savoir sur leur dernier album, « Bâtards sensibles ». Deux attitudes qui pourraient valoir à ces artistes de se retrouver stigmatisés ; Florent Marchet par une « nouvelle variété française » rongée par le parisianisme, les TTC par une scène rap hexagonale conservatrice et peu enclin aux changements. Voilà peut-être ce qui rapprochent les deux invités de cette soirée live : la volonté de ne pas suivre les codes pré-établis de deux genres musicaux dont on peut dire qu’ils sont réactionnaires. Mercredi 15 décembreX-MAS IN JAZZDu jazz plein la hotteDe 20h30 à 02h00 – 18 € (préventes)HADOUK TRIO – MARCIA MARIA – JEAN-PIERRE COMO QUARTET– ELISABETH KONTOMANOU Como 4tet : Jean-Pierre Como : piano / Francesco Bearzatti : clarinette / Christophe Wallemme : contrebasse / Stéphane Huchard : batterieMarcia Maria : voix / Jorge Amorim : guitareElisabeth Kontomanou : voix / Darryl Hall : contrebasse / Donald Kontomanou : batterie / Zool Fleischer : pianoHadouk trio : Didier Malherbe : doudouk, flûte / Loy Ehrlich : hajouj, gumbri, kora / Steve Shehan : batterie, percussionsLe père Noël débarque avec du jazz plein sa hotte (latin jazz, modern jazz, world jazz…). C’est le quartet du pianiste Jean-Pierre Como qui ouvrira les festivités. L’ancien claviériste de Sixun exprimait déjà la volonté de traduire en musique ses souvenirs d’enfance napolitaine dans son avant-dernier album, « Storia ». Avec « Scénario », Como assouvit d’avantage encore son désir d’un jazz cinéphilique où planent les ombres de Fellini et de Nino Rota et transpose sur scène ce soir ce concept innovant mis en images par Julien Caumer et interprété par la comédienne Marion Amiaud. La grande chanteuse brésilienne Marcia Maria nous plongera ensuite dans l’atmosphère moite des clubs de Copacabana et sera accompagnée pour l’occasion du guitariste Jorge Amorim. Après un séjour prolongé à New York, la diva Elisabeth Kontomanou signe quant à elle son grand retour avec un splendide album de standards « Midnight Sun ». Beaucoup s’accordent à dire qu’elle représente l’une des plus belles voix du jazz actuel. Notons la présence à ses côtés du pianiste Zool Fleischer. C’est enfin le Hadouk Trio qui clôturera la soirée avec un jazz-world atypique sans étiquette, autant influencé par la transe des Gnaouas d’Essaouira, que par la musique arménienne ou encore les « puja » des saddhous de Bénarès.

Jeudi 16 décembre1) PRIX RFI MUSIQUES DU MONDE 2004World 20h30>23h00 – Entrée libre sur invitationRadio France Internationale organise depuis 1981 le Prix RFI Musiques du Monde. Ce prix constitue pour les artistes et les groupes d’Afrique, des Caraïbes et de l’océan Indien un appui déterminant au développement de carrière sur le marché du disque et du spectacle vivant. Le Prix RFI Musiques du Monde a contribué au lancement de nombreux artistes : Didier Awadi (Sénégal), Tiken Jah Fakoly (Côte d’Ivoire), Rokia Traoré (Mali), Sally Nyolo (Cameroun), Rajery (Madagascar), Habib Koité (Mali), Beethova Obas (Haïti), Régis Gizavo (Madagascar) … Les trois artistes sélectionnés pour la finale qui se tiendra à Bamoko le 02 décembre prochain sont : Ba Cissoko (Guinée), Abdou Guite Seck (Sénégal) et Idrissa Soumaoro (Mali). Nous découvrirons ce soir le grand Lauréat 2004.

2) FRENEZIKDrum’n’bass23h30>06h00 – 3 €Live-Machines! LA BLOUKAK (Audiovenum/ Montréal)DJs! TIEUM (6nick) – FRED MATO (Matozoïdes/ Paris) – LA PIEUVRE (Audiovenum/ Paris) – ZILOUB (Audiovenum)Frenezyk poursuit sa frénésie jungle hivernale et convie le canadien La Bloukak. Traveller issu de la scène free québécoise, La Bloukak est aussi l’un des vétérans des premières raves anglaises. Ce qui explique peut-être pourquoi il cultive aujourd’hui deux sons bien distincts : orienté techno, le premier est plutôt tendu, saturé et parfois malsain, tandis que le second préfère de loin les beats break et jungle et s’enrichit même de percus, de contrebasse et de didjeridu dans sa version « Bloukakoustik ». C’est son live-machines le plus efficace que nous réserve La Bloukak ce soir, avec une drum roots et frénétique dans le plus pur « Break Kebek style ». Préparez vos petites pattes arrières, ça va groover ! Aux platines, La Pieuvre invite Fred Mato qui devrait comme à son habitude nous servir une drum’n’bass bien frappée, ainsi que Ziloub, nouvelle recrue du crew Audiovenum, et Tium qui, en warm-up, proposera un set « nu breaks » pour mettre en jambes.

Vendredi 17 décembre1) TRIAS – [ELEC]TRIASElectro-jazzDe 20h30 à 23h00 – 10 €Jean-Marie Averseng (piano, claviers) – Laurent David (basse électrique) – Jean-Christophe Calvet (batterie) – Nadia Madaoui-Pamies (batterie, samplers) – DJ Gero (platines) – Jean-Louis Crudenaire (vidéos)Trias occupe une place résolument à part dans le paysage jazzistique actuel. Comme son nom le laisse entendre, Trias est un trio. A l’origine de son fondement, le pianiste Jean-Marie Averseng (qui a fait ses gammes auprès de de Michel Petrucciani), le bassiste Laurent David, ainsi que le batteur Christophe Calvet. Après le succès de leurs deux précédents opus, sobrement intitulés « 1 Point » et « 2 Points », Trias présente aujourd’hui la suite logique et le dernier volet de cette trilogie avec « 3 points ». Les compositions font la part belle aux échanges vigoureux autour d’un jazz acoustique et intelligent (sans jamais être « intellichiant »), ponctué de clins d’oeil be-bop, d’effluves latines et de courses au tempo haletantes. Les fans de Brad Mehldau peuvent se réjouir de trouver en Averseng le même élan romantique, le même goût pour le décloisonnement et l’improvisation. Et ce n’est pas tout… Passé une certaine heure, Trias se métamorphose en [Elec]Trias, avec la complicité de Nadia Madaoui-Pamies aux samples, de DJ Gero et du vidéaste Jean-Louis Crudenaire pour nous en dévoiler sa face électro-groovy. Etonnant!2) SOMETIMES FUNKY PEOPLE ARE DRESSED IN BLACKSACRIFICE IIIElectro/ Newbeat/ EBM/ GothicDe 23h30 à 06h00 – 10 €LIVE ! MIGNON (Pale Music/Berlin)DJ’S! ARNAUD REBOTINI (Black Strobe) – SISKID (Animal Machine)Les musiques pour gens heureux vous répugnent ? de toutes les couleurs, vous ne jurez que par le noir ? Ce Sacrifice III est pour vous ! L’autel est ici représenté par les platines ô combien sacrées, derrière lesquelles officient les deux résidents : Arnaud Rebotini, moitié de Black Strobe, et Siskid, DJ d’origine mancunienne considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs bootleggers du moment. Ils convient cette fois la prêtresse berlinoise Mignon devant leur autel de la dépravation. Avec ses prestations scéniques blasphématoires, Mignon n’a pu que s’acoquiner avec la non moins sulfureuse Peaches qui l’invita sur son dernier opus le temps d’un duo des plus outrageux, « Shake Yer Dix ». Aujourd’hui Mignon sort son premier album, le bien nommé « Bad Girl », sur le label Pale Music. La « metalbitch » promet un show electro-fétichiste en ouverture de cette nuit cathartique. Une rumeur court comme quoi une brebis devrait être démembrée au beau milieu du dancefloor au petit matin…

Samedi 18 décembre1) TEEMOUR De 19h30 à 23h30 – 10 €Hip hopTeemour est issu d’un peuple de pécheurs du Sénégal. Après une enfance passée à Dakar, il monte à Paris et se fait connaître dès 96 avec le titre Pas mieux demain. Dans son deuxième opus, Don Blakka, Teemour se distinguait déjà avec un hip hop teinté de soul, de funk et de musique africaine. Il récidive à présent avec Human, certainement son album le plus abouti à ce jour, et pousse encore plus loin l’idée de crossover en célébrant à sa manière les noces du hip-hop, du rock et de l’electro.

2) JUSTE UN DOIGTBooty Bass23h30>06h00 – 10 €Live! DETROIT GRAND PUBAHS (Pokerflat) DJs! DETROIT GRAND PUBAHS (Pokerflat) – DETECT (Langage computer /Tiebreak/Quatermass)Des créatures peu ragoûtantes ont envahi la planète Uranus à quelques milliers d’années lumière de la Terre. Seule arme efficace contre ces martiens qui ont décidé de taper l’incruste: le sexe féminin. Un scénario qui pourrait être celui d’un mauvais film de série B à tendance érotico-SF. Pourtant, il n’en ait rien. Ce décors fantaisiste sort tout droit de l’imaginaire débridé de Detroit Grand Pubahs et orne la pochette de leur dernier album, « Galactic Ass Creature From Uranus ». Un univers un peu fou (plus qu’inquiétant sur un plan psychanalytique) dont nous étions coutumiers puisque le hit qui les a fait connaître, « Sandwiches », comparait déjà l’acte sexuel à la confection d’un jambon-beurre. Outre cette capacité à accoucher de métaphores barrées, les Detroit Grand Pubahs (dont l’unique représentant est aujourd’hui Paris The Black Fu) possède bien d’autres talents. Produire une musique terriblement ludique et funky en est un. Très fortement influencé par la « Booty Bass » et le son de Miami (un hip hop aux lyrics trash et aux basses énoOormes), les productions du nouvel opus de Paris The Black Fu sont toujours aussi « horny » (tr. crade, cul). « Big Onions », « Butt Dreams », « Bite the pillow talk », « Training with dick cannon »…Des titres évocateurs quant aux centres d’intérêt de la nouvelle mascotte du label de Steve Bug. Et puis il y a cet amour pour le transformisme de Paris The Black Fu qu’on a pu apprécier lors de ses nombreux passages sur scène. Ben Laden, qu’il se plait à singer régulièrement, doit certainement se retourner dans sa grotte perdue au confins du Pakistan ( ?). Quel sera le visage de ce Grand Pubah polymorphe qui cultive généreusement le second degré ? Réponse en live et en mix le 18 Novembre prochain pour la soirée « Juste un doigt ». L’ennemi public numéro un de la musique électronique sera accompagné pour l’occasion de dj Detect, adepte d’électro-hip hop débridée..

Mercredi 22 décembre1) MARC WOLTERS (TBC)2) SHINY BALLFunky & pumping HouseDe 23h30 à 06h00 – Entrée libreDJs! SONIC (Résident 287/ Radio9.fr) – JEFF MARSHALL (Soul Fréquence)Happy et festif, tel est le style de nos maestros des platines : Dj Sonic & Jeff Marshall. Pionnier de la scène house hexagonale, animateur d’émissions radiophoniques mythiques sur FG à l’orée des années 90, DJ Sonic a promené ses sets happy, funky et lumineux aux quatre coins du globe et continue d’irriguer les dancefloors avec des résidences dans quelques-uns des plus fameux clubs parisiens. Puisant sa culture dans le large éventail des black musics, Jeff Marshall prône quant à lui sa vision d’une house percussive et tribale portant en elle les échos de l’Afrique. Ces deux boute-en-train se rencontrent ce soir autour d’un mix à trois platines pour rendre hommage à la house dans toutes ses variantes. Comme à la belle époque, ils s’adjoignent les voix sensuelles de deux Talkie Women : Corinne Mabilat & Marianne Berny.

Jeudi 23 décembreSLIDE STEREO #2Hip hop soul – freakyfunky & electropolitainDe 23h00 à 06h00 – Entrée libreDJs! GEST & FUNKLEWAS (Slide Stereo) (Soul&funkypop)LIVE! LE C.SEN & TWODA – Dj WALTER WALLACE (hypercut)ROLLS AYER MIX! Dj MOLIA 75 (TEH Crew.) – DJ SHER (Quiet the Cat./TEH Crew)VISUELS et EXPO! Spirit of SLIDEAprès une première édition mémorable en mai dernier, Slide Stereo remet ça. Et puiqu’on change pas une formule qui marche, Vendredi 24 décembreLA DINDE ELECTROElectro fourréeJOREN (Ton Cul ! prod.) – PERFECT LOOSERS (Ton Cul! prod.) – P.O (Missive)De 23h30 à 06h00 – Entrée libreVous recevez les mêmes cadeaux débiles chaque année : le Guinness book d’il y a deux ans, des caleçons en soie aux motifs douteux, de l’eau de toilette qui réduit à néant votre sens de l’odorat, le disque de la canadienne du moment, des romans de gare que vous hésitez même à lire aux toilettes et la fameuse cravate moutarde qui obligera vos grands-parents à vous offrir la veste en laine assortie l’année prochaine. Le mousseux bon marché de grand-père vous donne la nausée. Les blagues scato de fin de repas ne sont pas vraiment de votre goût. Marre des indigestions du lendemain, des querelles familiales et de votre robe ou costume que vous portez une fois l’an et qui fait la fierté de vos parents. Et pour couronner le tout : vous commencez à douter sérieusement de l’intégrité du père noël que vous avez aperçu déchiré à 5h du matin près des grands magasins un samedi soir. Autant de bonnes raisons pour fuir le repas de famille cette année et la (les) dindes qui va (vont) avec. Le triptyque comme dernier refuge face à la tornade blanche, en voilà une idée charitable. Samedi 25 décembreLA DINDE ELECTROElectro fourréeJOREN (Ton Cul! prod.) – PERFECT LOOSERS (Ton Cul! prod.) – MISTER J (Missive) – DON RIMINI (Jeroulepouroam)De 23h30 à 06h00 – Entrée libreVous recevez les mêmes cadeaux débiles chaque année : le Guinness book d’il y a deux ans, des caleçons en soie aux motifs douteux, de l’eau de toilette qui réduit à néant votre sens de l’odorat, le disque de la canadienne du moment, des romans de gare que vous hésitez même à lire aux toilettes et la fameuse cravate moutarde qui obligera vos grands-parents à vous offrir la veste en laine assortie l’année prochaine. Le mousseux bon marché de grand-père vous donne la nausée. Les blagues scato de fin de repas ne sont pas vraiment de votre goût. Marre des indigestions du lendemain, des querelles familiales et de votre robe ou costume que vous portez une fois l’an et qui fait la fierté de vos parents. Et pour couronner le tout : vous commencez à douter sérieusement de l’intégrité du père noël que vous avez aperçu déchiré à 5h du matin près des grands magasins un samedi soir. Autant de bonnes raisons pour fuir le repas de famille cette année et la (les) dindes qui va (vont) avec. Le triptyque comme dernier refuge face à la tornade blanche, en voilà une idée charitable.

Lundi 27 décembreTRIPTYQUE CREW (TBC)Mardi 28 décembreFRESH AIRElectro freaky funky23h00>06h00 – Entrée libreDJs! AYSAM feat. Tekila (I’m A Cliché) – FEADZ (Bpitch)C’est Aysam, signé sur le label de Cosmo Vitelli « I’m a cliché », qui ouvrira ce banquet musical de fin d’année. Exit Bûches de Noêl et pâtés de volailles, les mets proposés par Aysam sont fins et se dégustent sans fin. Amateur de sons électro barrés, de beats hip hop et de techno aux lignes de basses rebondies, Dj Feadz aime l’éclectisme. Signé sur le label de l’envoûtante Ellen Allien, Bpitch control, Feadz tire son inspiration aussi bien du hip hop rétro-futuriste de Bambaata que de l’acid house des débuts (le label Trax en première ligne) ou des productions épurées d’un label comme Perlon. Et pour les clubbers bien sages, Tekilatex viendra jouer les pères noël psycho lors d’un featuring spécial où il accompagnera Aysam de sa voix nourrie à l’hélium.

Mercredi 29 décembreFRESH AIRElectro hip-hop23h00>06h00 – Entrée libreDJs! AYSAM (I’m A Cliché) – NOZE (Circus Company/Karat)Deuxième édition de la soirée Fresh Air qui accueille ce soir Noze du crew Circus Company. Toujours aux commandes de cette soirée qui vous évitera la dépression post-foie gras, Aysam (I’m a cliché) délivrera un set de house minimale dansante. Loin des mixes pantagruéliques de certains, il préfère le groove d’une ligne de basse épurée et les riffs déstructurés. Noze partage ce même amour pour une électro house funky et extatique. Son maxi sorti sur le label hexagonal Circus Company l’atteste, Noze se plait à jouer et à produire un son totalement décloisonné : entre électro jazz spatial, house aux beats dépouillés et électro bleepy, ce jeune dj/producteur français est difficilement étiquetable. Un vent frais souffle sur la piste du Triptyque… Fresh Air is in the place ! Jeudi 30 décembreFRESH AIRElectro23h00>06h00 – Entrée libreDJs! AYSAM (I’m A Cliché) – C.H.E aka COSMO VITELLI (I’m A Cliché)« I’m cliché », label parisien créé il y a un peu plus d’un an par Benjamin Boguet alias Cosmo Vitelli sera à l’honneur ce soir. Si l’on ne présente plus l’auteur du tube « Party Day » et son univers électro pop ultra référencé, le C.H.E (son autre pseudo un poil révolutionnaire) brouille à nouveau les cartes. Son nouveau maxi, « Move like a pigeon » sorti sur son label il y quelques mois, revisite le son de Madchester version millénariste. Proche du son des Happy Mondays et du label Factory, ce maxi démontre à quel point Cosmo Vitelli sait jongler avec les références sans jamais en dénaturer l’essence. Attendez vous à un set syncrétique et évolutif mêlant électro, hip-hop, rock et disco. Egalement signé sur le label « I’m a cliché », Aysam produit et mixe une house minimal et funky de qualité. Loin du son minimal se résumant parfois à un beat et trois bleeps noyés dans un souffle à peine audible, Aysam préfère à l’image de ses comparses Feadz et Ark le son groovy et barré. Fuyez le vent hivernal et venez donc vous réchauffer au coin d’un mix tout feu tout flammeLE TRIPTYQUE142 rue Montmartre75002 Paris métros Bourse, Grands Boulevards

À lire ou écouter également:
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire