Le Humanist Records Festival sonne l’heure de la découverte

humanist

Tous les ans à Paris et Dijon, en des endroits divers et variés, toujours avec courage et passion, le Humanist Records Festival donne rendez vous aux mélomanes pour leur offrir une nouvelle salve de découvertes musicales, majoritairement avant gardistes, rock, pop, ou improvisées. Voici le programme.

Du 8 au 13 mai, l’épisode parisien réunira, sur 5 jours, une collaboration exceptionnelle des deux guitaristes-improvisateurs fous Marc Sens et Nicolas Desmarchelier, la drone ensorcelée de Christinas Vantzou en quartet, Witxes et Candidà, le garage lo-fi de JC Satàn, Le Prince Harry et Berline 0.33, les nuées électroniques de Scorpion Violente, Sand Circles, Cankunet Heatsick, le post punk expérimental de Carla Bozulich / Evangelista, la noise cyclique de Feu Machin et le punk rock bricolé des lyonnais de Ned.

Le 18 mai inaugurera l’épisode dijonnais avec les venues du tango révolutionnaire de Radikal Satan, du prog noise de Direction Survet et des nappes acoustiques de Julia Kent. Puis, du 23 au 26 mai, se succèderont la poésie agréablement plombante de Winter Family, la transe lo-fi de Tonstartssbandht et Scorpion Violente ainsi que la new wave de The George Kaplan Conspiracy, la noisy pop de Réveille, Morse et Alligator, le punk hardcore deNever Again l’intervention solitaire weird folk de Matt Elliot et l’eurodance au M’Bira par l’ex M. Duracel Andrew Dymond.

Le Off du festival proposera plusieurs sélections musicales par les membres de l’équipe, les 18, 24 et 25 mai à midi en terrasse de l’Atheneum (au cœur du campus universitaire de Dijon), ou en soirée au Pop In à Paris. Également, un show case gratuit de Spoken Words & Open chords le 24 mai à la Galerie Interface et un concert de God ! Only Noise sur le pont de la Péniche Cancale le 17 mai, à Dijon.

La programmation en détails et plus d’informations sur la page Facebook du festival.

hufest

À lire ou écouter également:
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire