Herbert, tambours et trompettes

Le nouvel album de Matthew Herbert, seconde collaboration avec son Big Band, mélange des instrumentaux de jazz, des voix, et un arsenal secret de samples baroques. Mais « There’s Me and There’s You » marque une nouvelle étape dans sa carrière puisque c’est le premier enregistrement d’Herbert avec l’artiste versatile et vénérée Eska.

Les albums d’Herbert mêlent toujours étroitement le medium et le message, la beauté en surface avec un sous-entendu politique. Mais il atteint ici de nouvelles et audacieuses hauteurs conceptuelles avec « There’s Me and There’s You », qui retourne la structure même du pouvoir contre lui-même, de façons jamais vues auparavant. Ceci est un album, à tous points de vue, pourvu d’interprétations extraordinaires.

« There’s Me and There’s You » est en fin de compte une déclaration extrêmement optimiste du pouvoir des gens. Une harmonieuse collaboration entre des douzaines de musiciens, une chorale de 27 personnes et 100 personnes chantant 1 mot chacun à travers le monde, il y a aussi 70 personnes enrôlés pour souffler au dessus de bouteilles d’eau, secouer des badges des élections américaines et faire diffuser des bouteilles de parfums ‘Curious’ de Britney Spears dans le hall grande entrée du British Museum. Disponible le 13 octobre sur Amazon.

À lire ou écouter également:
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire