Graff It en danger!

Depuis le mois de janvier 2002, la société « Graff It! Productions » édite le magazine presse GRAFF IT ! qui a pour objet de présenter les multiples facettes du Graffiti et des cultures urbaines.

En huit numéros et 704 pages, GRAFF IT ! a publié plusieurs centaines de photographies de graffitis parfaitement légaux, interviewé des chercheurs du CNRS (Claire Calogirou et Marc Touché), des dizaines d’artistes plasticiens (Mark Bodé, Mesnager, Miss Tic, Epsylon Point, Yves Yacoël, Space Invader, Daze, Crash, Scien & KlorŠ) ainsi que des chanteurs, danseurs, dee jays, galeristes et acteurs des cultures urbaines (Java, TTC, Rhazel, Xzibit, RZA, Agnès B, Ali Slimi, Black Blanc Beur, Ninja Tune, Jurassic VŠ), chroniqué 206 disques, recensé près de 200 ouvrages et rendez-vous culturels, et été partenaire d’une centaine de festivals et manifestations, aux côtés d’innombrables personnes morales publiques ou privées (Villes de Niort, Grenoble, Bondy, Bagneux, Montpellier, Lille, Lens et Pessac, Ministère de la culture et de la communication, Conseils Généraux de Gironde et de la Seine Saint Denis, Régions Aquitaine et Ile de France, plusieurs Directions départementales Jeunesse et Sport, RATP, La Poste, Air France).

Le 18 décembre 2003, la SNCF a profité de l’approche des fêtes pour assigner GRAFF IT ! en justice et demander sa condamnation à lui verser 150.000 Euros à titre de dommages-intérêts « punitifs » pour avoir publié, dans ses numéros de juillet septembre et octobre ­ décembre 2002, quelques photographies de trains graffés.

L’action de la SNCF, ­dont l’objectif est purement et simplement la disparition de GRAFF IT !, ­ est attentatoire à la liberté d’expression garantie par l’article 10 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales. Elle s’inscrit dans un mouvement plus vaste de censure du hip hop et des cultures urbaines.

GRAFF IT !, qui respecte scrupuleusement la loi, ne manquera pas de demander à la SNCF réparation du préjudice subi à raison de cette procédure par la voix de son avocat habituel.

La première audience se tiendra au tribunal de commerce de Paris, 1, quai de Corse à Paris (75004), vendredi 23 janvier 2004 à 12 heures.

GRAFF IT ! invite toutes les personnes attachées à la liberté d’information à apporter leur soutien au magazine.

Un compte spécial sera prochainement ouvert pour permettre à GRAFF IT ! de faire face aux coûts du procès à venir. Les chèques libellés à l’ordre de « Graff It ! Productions » peuvent d’ores et déjà être adressés à GRAFF IT ! PROD ­ BP 07 ­ 94251 GENTILLY CEDEX ­ France.

En dépit de l’action de la SNCF, GRAFF IT ! n° 9 sera disponible dans tous les kiosques le 17 janvier 2004 (diffusion assurée par les NMPP). L’ouvrage Langages de Rue # 2 édité par « Graff It ! Productions » est disponible en tirage limité en librairie (Dif Pop, FNAC, OFR, Artazart, boutiques Agnès B, Triiad, Ekirok et shops Hip Hop).

À lire ou écouter également:
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire