Ian MacKaye remet de l’huile sur le feu Fugazi

fugazi

Il en est ainsi depuis dix ans: Fugazi nous laisse rêver à la fin de son hiatus, pour mieux briser notre enthousiasme ensuite. Si elle n’est toujours pas d’actualité, une récente interview accordée par Ian MacKaye laisse encore une fois entrevoir une possibilité, si on veut bien y lire un peu entre les lignes.

« Nous nous aimons tous les quatre beaucoup. J’ai vu Brendan hier soir, j’étais au téléphone avec Guy aujourd’hui, et Joe est actuellement en tournée. Nous sommes une famille, nous ne nous perdons pas de vue. Nous avons travaillé très dur pendant quinze ans; le groupe était le point central de nos vies, mais à un moment donné le reste a demandé un peu d’attention de notre part. Nous avons eu des enfants, des parents malades, certains sont décédés. Beaucoup de nouvelles choses ont eu lieu dans nos vies, et nous devions y accorder beaucoup plus d’importance. C’est ce qui a fait que nous avons arrêté de travailler. »

Nous n’avons pas splitté. J’ai justement employé le terme « hiatus à durée indéterminée » parce qu’il aurait été absurde de dire que Fugazi n’existerait plus. Ce n’était pas un problème de circonstance, ce n’était la faute de personne. Il n’y avait aucune colère, aucune embrouille. C’est complètement possible que nous rejouions ensemble à l’avenir, mais il est tout autant possible que non. Nous avons ce désir de rejouer, mais il y a un problème géographique. Joe habite désormais à Rome ce qui rend les répétitions difficiles. Il y a aussi un problème de temps. Tout le monde est très occupé. Vous devez vous rappeler que, lorsque Fugazi travaillait, c’était cinq jours par semaine à raison de quatre à six heures quotidiennes. Nous répétions sans cesse. Ce n’est plus possible maintenant. Mon boulot m’accapare tellement désormais…« 

En attendant, le groupe est toujours en train de digitaliser ses énormes archives d’enregistrement live qu’il compte bientôt proposer au téléchargement sur le net. A ce sujet, le frontman renchérit: « Nous avions à digitaliser chaque concert, qu’ils soient enregistrés sur cassette ou DAT pour la plupart. Tout cela est fait. Désormais, nous en sommes au stade du mastering afin que tous soient écoutables au même volume. Ce cap n’est pas trop difficile, c’est surtout mécanique, et il y a un logiciel qui fait la plupart du travail. Nous aurons ensuite à éditer ces concerts, ce qui signifie qu’il faudra attribuer une piste par chanson pour ne pas avoir à proposer qu’un seul fichier de deux heures de long. Nous espérons que tout cela sera bouclé bientôt. L’idée pour le moment est de commencer avec une centaine d’enregistrements, puis d’en ajouter une vingtaine chaque mois. Nous sommes toujours en train de construire le site, ce qui est un à la fois intéressant et compliqué.« 

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire