Vic Chesnutt – « At The Cut »

vic180Album
(Constellation)
21/09/2009
Indie-folk

Si Vic Chesnutt n’a pas changé du tout au tout, son rapprochement avec le label Constellation lui aura comme offert un second souffle dans sa carrière musicale. « North Star Deserter« , sorti il y a deux ans, ne manquait pas de le souligner en l’extirpant de son folk dépouillé vers un autre, plus électrique et soutenu par des arrangements aussi discrets qu’efficaces. Ce n’est donc pas plus enjoué qu’il s’est attelé à « At The Cut », un nouvel opus une nouvelle fois enregistré à Montréal et mis au monde avec l’aide de son backing band de luxe, composé de Guy Picciotto (Fugazi) et des Silver Mt Zion qui l’accompagnent désormais fidèlement depuis quelques mois.

Il faudra donc définitivement s’y faire: même entouré, Chesnutt sera toujours ce chanteur triste, habité d’un humour bien à lui, comme d’une rage héritée d’une vie qui ne lui aura pas fait de cadeau. Et plutôt que de vouloir changer de cap à tout prix, il prend le parti de s’y enfoncer, de polir encore un peu plus cette mélancolie planant continuellement au dessus de ces dix nouveaux titres, et de faire ainsi de cette nouvelle salve une aussi belle réussite que la précédente. Mission remportée haut la main. Et les solides arguments ne manquent pas: de « Coward » à l’ambiance plombée par ses cordes mortuaires, à l’acoustique final « Granny », Vic Chesnutt, seul ou en groupe, se montre plus inspiré que jamais, laissant éclater au grand jour un émouvant sens de la mélodie, autrefois beaucoup plus voilé. Ainsi, l’intime « When The Bottom Fell Out » touche par son authenticité, le collectif prend toute sa mesure sur le frissonnant « Chain », une pointe jazzy se soulève des balais de « We Hovered With Short Wings » puis contraste avec la rudesse des guitares perçantes de « Philip Guston ».

Pour tout cela, « At The Cut » est un album touchant, qui en devient même bouleversant quand on veut bien se pencher sur les textes de Chesnutt, à la fois intimes et déchirants sans jamais le moindre cliché (sa lettre à la mort « Flirted With You All My Life », l’affectueux « Granny »…). Une fois l’émotion bien à fleur de peau, il ne vous reste alors plus qu’à vous plonger dans l’écoute de « Chinaberry Tree », le véritable chef d’oeuvre de cet album totalement incontournable, sur lequel vous pourrez laisser perler les larmes et ravaler votre fierté.

En écoute:

Achetez sur:
itunes15

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire