Troy Von Balthazar – « …Is With The Demon »

troy180Album
(Vicious Circle)
08/10/2012
Dark folk

Laissant un temps de côté l’épopée fantastique et euphorisante de la reformation réussie de Chokebore, Troy Von Balthazar – son chanteur/guitariste – nous revient avec un troisième album solo. Fidèle au bidouillage, au minimalisme, à des lignes mélodiques poignantes et enlevées, le songwritter frappe une fois encore un grand coup dans le sac des émotions vives, propose ici une ode à la douceur teintée de mélancolie. Une alchimie déjà éprouvée sur les précédents opus mais qui devient encore plus cohérente avec ce nouvel effort tant l’hawaïen maitrise, use d’un savoir faire de plus en plus affuté, immédiatement identifiable, qui semble ne pas connaître de limites dans sa conception et son interprétation puissante, là où beauté et sensibilité se complètent jusqu’à se confondre.

Ainsi, chaque titre est un événement émotionnel intense qui prend finalement tout son sens dans la globalité de ce nouvel album ne souffrant d’aucun temps mort ou de morceaux moins réussis. Tout ici est cohérent et juste. Il en va de « Tropical », ballade à l’intensité vive en ouverture, de « Coco » et son approche rythmique bancale, jusqu’à « Viva », ballade finale qui finit de nous bousculer dans nos derniers retranchements. Généralement plus orienté vers des sonorités acoustiques où guitare sèche et piano bâtissent les ossatures des morceaux (« About Being Hurt », « Butter », « Purple Gold Eye »… ), le disque dessine un univers singulier, embelli, mis en relief par de discrets arrangements et des lignes de chant imparables. Alors, quand arrivent « Tiger VS Pigeon » ou « Applause », nos sens se retrouvent inévitablement fauchés en plein vol, et les mélodies s’impriment en nos cortex.

C’est avec fluidité que « …Is With The Demon » nous transporte dans l’univers inimitable et puissant de TVB. Les yeux fermés et la main sur les tripes, on laisse l’alchimie opérer le temps de ces douze titres s’enchainant tout naturellement jusqu’à leur dernier souffle.  Ici, point de chansonnettes pop au goût sucré, plutôt une invitation au recueillement, à cette introspection que l’on aurait pu trouver chez un Sparklehorse passé entre les mains de John Parish. Du coup, même dans le silence d’après écoute, aussi fort, profond et sensible qu’il est, « …Is With The Demon » continue de tourner dans les têtes, de bousculer les sens, jusqu’à sans aucun doute s’imposer comme le meilleur album du bonhomme. Voilà qui tombe à pic pour les amoureux mélancoliques de l’automne.

itunes1

En écoute

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire