Tortoise – « Beacons Of Ancestorship »

tort180Album
(Thrill Jockey)
22/06/2009

Groupe ou collectif, à force de changements de line ups réguliers, Tortoise a toujours entretenu le mystère. Ce qui ne l’a jamais empêché, en plus de quinze ans de carrière et cinq albums à son actif, de devenir un acteur incontournable de la scène musicale contemporaine, et plus particulièrement de ce post rock qu’il a amplement contribué à façonner. Car, les deux pieds bien ancrés dans l’environnement musical luxuriant de Chicago, le groupe a toujours su exploiter ses talents internes pour s’aventurer sur divers terrains, avec plus ou moins de réussite. A chaque nouvel album, krautrock, electronica, indie rock, dub et jazz se donnent rendez vous tout en promettant un résultat totalement imprévisible, instrumental, des plus personnels et inimitables. Il en est ainsi depuis ses prémices, John McEntire et sa bande se plaisent à toujours emmener un peu plus loin ce qu’ils sont parvenus à traîner jusque là. Mais il y a cinq ans, « It’s All Around You » n’avait pas fait l’unanimité, quelque peu boudé par un fidèle public qui attendait forcément beaucoup plus de ce « Beacons Of Ancestorship ». En onze titres, Tortoise y ménage la chèvre et le chou, hésite entre élans capilo-tractés et accessibilité, reste fidèle à son savoir faire historique tout en le revêtant d’un nouvel habit de lumière, éclairé par une section synthé-basse-batterie en grande forme, et même une guitare pourtant laissée à son plus stricte minimalisme (« Charteroak Foundation »). La preuve en rythmique avec les huit minutes d’ouverture de « High Class Slim Came Floatin’ In » cernées de rebondissements, la marche de majorettes mutantes qu’est « Northern Something », la boucle répétée et hypnotisante de « Gigantes », ou le bon vieux relent punk rock de « Yinxianghechengqi ». De quoi faire oublier d’autres passages forcément moins passionnants auxquels échappent peu de disques de post rock. A la différence que « Beacons Of Ancestorship » ne pue pas la performance et ne se tire pas continuellement sur l’asticot.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire