Tokyo Sex Destruction – « The Neighbourhood »

Tokyo Sex Destruction – « The Neighbourhood »

tsd180Album
(Pyromane)
25/01/2010

Cela faisait quatre ans que Tokyo Sex Destruction n’avait pas sorti de nouvel album, quatre ans que la révolution n’avait pas sonné du côté de la Catalogne: une révolution qui subsiste uniquement dans les textes d’un groupe qui s’est toujours montré fort en gueule, mais qui n’a jamais véritablement pris le risque de renouveler radicalement son registre musical. On n’en demandait de toute façon pas tant à ces espagnols qui se sont vite imposés comme les fers de lance d’une scène garage-rock actuelle, politiquement engagée. Indémodables et fidèles à eux-mêmes, les Tokyo Sex Destruction le restent une nouvelle fois avec «The Neighbourhood»: un nouveau disque qui « se contente » de soigner les arrangements, de mettre en exergue un talent d’écriture décuplé, tout en laissant planer continuellement les fantômes de la scène de Philadelphie sur ses compositions. Les Suédois de The International Noise Conspiracy également, à entendre à quel point ils partagent un certain goût pour le format chanson, comme sur les tubes «The Sound From Your Soul» et «Move It» au groove électrique. Pas de dépaysement donc, simplement une énième salve de rock qui transpire la black music, ou la mélodie règne plus que jamais («Dope And Love»), ou des cuivres de grande classe viennent parfois  renforcer l’efficacité des morceaux sans jamais les faire passer de l’autre côté de la barrière (l’excellent «Stories From The Neighbourhood», «Cold Sweat», l’acoustique «I Think You Lies»). Le temps d’une grosse dizaine de titres, Tokyo Sex Destruction s’amuse avec une déconcertante facilité à slalomer entre accalmies soul flirant avec la période «Shaft» («It Was In 1969») et sauvageries rock n’roll («It’s Gonna Be Alright», «They’ve Lost Control») attendues par la frange la plus virile de son public, quand il ne se laisse pas simplement conduire par le fil de ses plus belles inspirations, desquelles naissent d’interminables breaks et rebondissements imprévisibles («Let Me Down», «Don’t Let My Hands Fall»). Fleshtones et Rolling Stones ont peut être ici trouvé leurs plus dignes successeurs tant «The Neighbourhood» est un nouvel album abouti, à l’âme intacte. Un argument certes classique, mais tellement vrai ici.

Achetez sur
itunes6
blank3