The Rodeo – « Music Maelstrom »

The Rodeo – « Music Maelstrom »

rod1801Album
(Emergence)
22/02/2010
Folk

Prenez les huit lettres de Dorothée, mélangez, et vous obtiendrez The Rodeo, le nom de scène que cette demoiselle autodidacte a choisi pour offrir une suite à sa carrière entamée auparavant chez Hopper. Un nom qu’elle se plait à trimballer depuis quelques mois de par le monde, de San Francisco – ou elle a pris conscience que sa musique pouvait plaire à un public étranger – à la Finlande, en passant par le Canada, l’Europe et le grandissime SXSW Festival d’Austin ou l’on déniche souvent les next big things. Forte d’une voix un peu rauque et très charismatique, elle immortalise sa forte personnalité artistique sur « Music Maelstrom », un magnifique premier album bien balisé par deux précédents Eps qui n’auront pas manqué d’attirer l’attention sur elle, comme sur les musiciens qui l’accompagnent depuis le début du projet. En une grosse dizaine de morceaux, elle y conjugue à tous les temps son éducation musicale, passée aussi bien par le rock, que le jazz, la chanson, la soul, les groupes féminins des années 60, l’electro ou le hip hop, et dont on trouve la parfaite illustration dans sa convaincante reprise folk du « Amazing » de Kanye West, grande absente de ce disque. Car c’est bien dans l’acoustique, du folk des seventies à celui d’aujourd’hui, en passant par la pop et la country, que se définit la musique de The Rodeo, constamment soulignée par une approche mélodique aussi simple qu’efficace. Ainsi, bien que poussé par un fort vent de liberté, cet album s’embourbe une fois seulement dans les grandes étendues du Far West, là ou violons et banjos tentent de voler la vedette à la guitare (« Little Soldier »). Sinon, Dorothée et sa bande nous bercent à coups de  jolies comptines minimalistes (« My Ode To You », « Uncle Sam », « Modern Life »), de ballades fédératrices (« Bird » et ses flûtes), de chansons brillamment orchestrées (« Hand Shadows »), et de pépites aussi belles qu’émouvantes (« On The Radio », « Love Is Not On The Corner » et « High Resolution World ») qui se détachent significativement du reste et tournent au dessus de nos têtes. Avec The Rodeo, la demoiselle semble donc cette fois  bien en selle, et nous livre avec « Music Maelstrom » une des premières belles découvertes de 2010.