The Patriotic Sunday – ‘All I Can’t Forget’

Album / Murailles Music / 25.09.2015
Indie pop

Quatrième album du nantais Eric Pasquereau (également membre de l’énergique Papier Tigre), ‘All I Can’t Forget’ est un grand cru. Dés la première écoute, la qualité de l’écriture et de l’interprétation impressionne, mais c’est au fil du temps que ce disque exigeant prend toute son ampleur. Comme lors des précédents chapitres, il n’est point question ici de pop classique en couplet-refrain-pont, mais plutôt de constructions à tiroirs, de mélanges des genres agrémentés d’arrangements inattendus, d’une alternance de tensions et de relâchements.

On y perçoit un sens mélodique aigu devenu familier, des variations harmoniques et rythmiques audacieuses, le tout ponctué de quelques dissonances assumées (‘Death’ en parfait exemple). Les influences sont multiples et digérées, allant de l’alt-country (‘Hounded Blues’) au post rock (‘Death’), en passant souvent par des passages plus légers à l’ambiance cabaret, comme en attestent la deuxième partie de ‘Home Is Where The Town Stops’ ou soufflent des clarinettes, comme le très crooner ‘The Rain Falls Hard’. Le chant aussi réveille les comparaisons, rappelant parfois celui d’un autre Nantais (d’adoption), Dominique A, comme sur la valse ‘A Life Pursuit’ qui n’aurait pas dénoté dans une version outre atlantique de ‘Remué’.

Sur une base guitare-chant, viennent aussi se greffer de multiples instruments, outre les classiques basse et batterie. On croise ainsi de la guitare slide, de l’autoharp (‘Hounded Blues’), et quelques synthés discrets. Les chœurs, eux, sont magnifiques et variés (il y du Laurie Anderson dans ‘Garbage Truck’, du Dirty Projectors dans ‘A Life Pursuit’), parfois même solennels (‘Light of Defeat’). Les guitares électriques – inventives et mixées au premier plan – créent souvent la surprise, à l’image de l‘accord malade de ‘The Evening Waltz’, ou du refrain final de ‘Light of Defeat’. Composé, entre autres, de membres de La Terre Tremble!!!, le groupe qui l’accompagne est en parfaite symbiose, chacun apportant son lot d’idées et contribuant au réel plaisir communicatif qui se dégage de l’album.

‘All I Can’t Forget’ est un voyage tortueux mais passionnant, terriblement touchant, et d’une richesse incroyable. Fourmillant d’idées, passant d’une ambiance à l’autre au sein des morceaux, ce disque est captivant, et offre une nouvelle fois au songwriter l’occasion de raconter avec aisance ses histoires tragi-comiques et souvent personnelles, de varier les registre, et de construire ses mélodies tel un orfèvre pop. ‘It’s 2014 and i still play in a band‘ chante The Patriotic Sunday. Pour encore longtemps on l’éspère !

aecouterenpriorite

‘Garbage Truck’, ‘Death’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire