The Paper Chase – « Someday It Could All Be Yours (Pt1) »

paper180Album
(Southern)
20/04/2009

The Paper Chase est avant tout le projet de John Congleton, ingénieur du son de Dallas qui s’est fait la main en travaillant pour des artistes aussi divers et variés que 90 Day Men ou The Roots, et qui s’est un jour décidé à passer le cap en enregistrant lui même sa musique. Bien lui en a pris car, le temps de cinq albums, avec ses arrangements atypiques, sa voix et son jeu de guitare, il a fait de The Paper Chase un petit joyau de la scène indie US. Loin de l’ouverture d’esprit typiquement américaine (il a déjà un album de reprises de Brel à son actif), c’est peut-être aussi l’aspect dramatique des compositions d’un groupe enclin à l’anxiété, au stress, à la peur et la paranoïa, qui séduit un public exigeant, autant réfractaire au rock bâclé qu’élitiste. Nouvel album concept érigé sur autant de catastrophes naturelles qu’il aligne de titres, «Someday This Could All Be Yours (Part 1)» ne déroge pas à la règle. Il continue d’intriguer musicalement par ses contrastes récurrents, son panel de sonorités (les percussions de «The Common Cold» et «The Laying Of Hands»), ses brillantes mélodies qui n’éclairent pas pour autant son atmosphère pesante («This Is a Rape»), lestée par des cordes («If Nobody Moves»), un piano qui joue avec les nerfs («I’m Going To Heaven») ou une rythmique qui cogne sans vergogne («What Should We Do»). Toujours, The Paper Chase fait montre d’une inspiration sans borne, et pousse son insolence jusqu’à la maîtriser assez pour faire de ce nouvel opus une œuvre totalement cohérente qui happe du début à la fin en oubliant le mot «ennui» de son vocabulaire. Du coup, si Congleton était réalisateur de cinéma, il se verrait certainement décerner l’Oscar du meilleur thriller. En attendant la suite début 2010, «Someday This Could All Be Yours (Part 1)», en grand disque, s’impose comme une des plus belles réjouissances de ce premier semestre 2009.

Achetez sur:
itunes53

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire