The Pains Of Being Pure At Heart – « Belong »

pains180Album
(Slumberland)
25/03/2011
Pop shoegaze printanière

Bien que leur musique ne soit pas révolutionnaire, les new yorkais de The Pains Of Being Pure At Heart ont toujours le mérite d’être en avance sur leur temps. Sur celui de leur génération en tous les cas puisque, en 2009, à la sortie de leur premier album unanimement accueilli et tout de noir et blanc vêtu, il fallait aller chercher leurs influences chez les groupes shoegaze du début des années 90, les mêmes qui allaient ensuite être cités à tour de bras par les acteurs d’un revival toutefois contenu. Deux ans plus tard, le vent a tourné, mais les quatre se sont une nouvelle fois débrouillés pour qu’il se prenne dans ses voiles.

A l’aube d’un retour en grande pompe du rock des nineties, c’est désormais leur registre pop – déjà fortement décelable sur le premier disque – qu’ils mettent à l’honneur tout au long de ce « Belong ». A l’image d’une pochette désormais toute en couleurs, et au grand regret de tous ceux qui ne voient le charme d’un album que dans un son dégueulasse au possible (foutu revival garage oblige…), le combo a donc soigné la production pour mieux laisser resplendir ses mélodies 24 carats. Pour cela, et sans jamais faire faux bond à ce qu’il a toujours été jusque là, il s’est offert le savoir faire de Flood (Depeche Mode, U2, PJ Harvey…) et Alan Moulder (My Bloody Valentine, Smashing Pumpkins, Jesus & Mary Chain), deux mastodontes de studio qui n’auront jamais réussi à dénaturer son talent à faire simple pour se montrer diablement efficace.

Pour les raisons rapidement évoquées plus haut, The Pains Of Being Pure At Heart trouveront pourtant toujours sur leur route quelques irréductibles du « c’était mieux avant« , certes confortés par quelques trébuchements sans gravité souvent causés par un clavier trop présent (« The Body », « My Terrible Friend »), mais trop bornés pour reconnaitre le caractère tubesque des pépites que sont incontestablement l’entame éponyme, « Heaven’s Gonna Happen Now », l’irrésistible « Heart In Your Heartbreak », ou même les plus coulants « Anne With An E » et « Too Tough ». Plus beau, plus propre, plus doux, plus instinctif, « Belong » réussit la difficile confirmation qui coûte tant habituellement. On a trouvé notre groupe électrogène printanier, que les râleurs restent en hiver…

En écoute

« Belong »

Disponible sur
itunes29

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire