The Ex – « Catch My Shoe »

ex180Album
(Vicious Circle)
20/09/2010
Post punk

« Catch My Shoe » ferait-il référence à la chaussure que ce journaliste arabe avait tenté de flanquer à la face de Georges W.Bush lors d’une conférence de presse? Possible quand on sait à quel point cette image a marqué le monde entier, et qu’on connait les idées politiques défendues depuis plus de trente ans par The Ex. Peu importe finalement, car c’est bien le contenu de ce tant attendu successeur d’un « Turn » déjà vieux de six ans qui nous intéresse réellement ici. Et pour cause, si des changements sont maintes fois intervenus durant la longue carrière des Hollandais, ce nouvel opus en souligne deux d’importance: le départ de G.W.Sok – chanteur et co-fondateur du combo – dont l’enthousiasme s’effritait trop pour espérer continuer dignement l’aventure, et l’arrivée de Arnold de Boer (voix, guitare, samples), échappé de Zea pour le remplacer.

En 2010, après quelques années passées à faire bifurquer sa musique vers l’Éthiopie aux côtés du saxophoniste Getatchew Mekuria, du Mohammed Jimmy Mohammed Trio et du Ililta Band, The Ex s’en est donc retourné enregistrer à Chicago en compagnie de Steve Albini pour faire de « Catch My Shoe » – 25ème album sorti sur le propre label du groupe et 123ème ligne de son interminable discographie – un retour au rock atypique qui a souvent été le sien. Mais, plus encore qu’auparavant quand elles étaient déjà perceptibles avant d’être véritablement vécues, les quelques expériences africaines des Hollandais se font plus nettement sentir tout au long de ce nouvel album, se fondent même parfaitement dans les incessants décalages de rythme et les diverses expérimentations qui ont toujours fait leur essence.

Alors, qu’il se lance dans des riffs répétés jusqu’à la transe (« Double Order », « 24 Problems »), dans un chant éthiopien sur l’énergique et quelque peu linéaire « Eoleyo », ou qu’il se permette même quelques minutes d’improvisation (« Bicycle Illusion »), « Catch My Shoe » transpire l’Afrique comme aucun album de rock avant lui. Pourtant, que les plus nostalgiques de The Ex se rassurent: désormais armé de trois guitaristes, le groupe se lance encore dans quelques brûlots rock abrasifs et expérimentaux dont lui seul à le secret (« Keep On Walking », « Life Whining »), en profite pour déposer quelques unes de ses meilleures compositions (« Maybe I Was The Pilot », le cuivré « Cold Weather Is Back », « Tree Float »), prouvant à quel point il est difficile de renier ses vieux démons quand on les entretient depuis trois décennies. Que la mort seulement les sépare!

En écoute

The Ex – « 

 
« 

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire