The Appleseed Cast – « Sagarmatha »

Sagarmatha[Album]
16/02/2009
(Militia Group/Import)

Inutile de se pencher trop longuement sur le passé de The Appleseed Cast pour en apprécier chaque nouvel album. Et pour cause, aucun ne se ressemble, le groupe du Kansas, aidé par un line up continuellement chamboulé, s’étant donné comme leitmotiv d’aller toujours un peu plus loin que là ou le dernier l’a laissé. Plutôt émo à ses débuts, dans la veine des Elliott et Mineral avec « Mare Vitalis » (son deuxième album référence), le quatuor lorgne progressivement, depuis son double LP « Low Level Owl », vers un post rock racé, assez mature pour ne jamais s’afficher en pâle copie des Mogwai et autres références du genre. « Sagarmatha », marqué par un énième remplacement de batteur, enfonce le clou encore un peu plus. D’autant qu’il est parti d’un projet d’Ep instrumental bénéficiant finalement d’assez de matière pour pousser jusqu’au long format. La forme a donc changé en cours de route, pas le fond. Sur les neuf titres qu’il contient, ce nouvel opus laisse la part belle à de longs passages instrumentaux. La voix, ici traitée comme un instrument supplémentaire à tel point que les paroles en sont parfois inaudibles, ne se voit accorder qu’un seul titre entier (la pop lumineuse de « The Summer Before »), quelques brèves interventions (« South Col »), quand ce n’est pas un total absentéisme. Ce qui n’entâche, ni déséquilibre aucunement les cinquante minutes passées en compagnie de The Appleseed Cast, de ses cascades de mélodies étincelantes, et de ses riches instrumentations (« Raise The Sails »). Acoustique (le court mais somptueux « One Reminder, An Empty Room ») ou déployant plus volontiers la force (« A Bright Light »), la musique de ces Américains en perpétuelle remise en cause se veut plus cinématographique que jamais (« As The Little Things Go », « The Road West »), prend l’auditeur par le bras pour des destinations toujours floues voire inconnues (« Like a Locus »), et ose parfois quelques envolées plus complexes, plus ou moins digestes (« An Army Of Fireflies »). Mais, toujours au-delà des formats conventionnels, The Appleseed Cast a toujours cette faculté de retomber magnifiquement sur ses pattes, laissant seulement à l’auditeur cette agréable impression d’avoir affaire à un groupe unique. Une musique agile née de têtes bien remplies, comme d’habitude

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire