Smith Westerns – « Dye It Blonde »

smith180Album
(Fat Possum)
01/2011
Indie pop

En 2009, alors qu’aucun des musiciens n’avait encore l’âge légal de s’offrir une bière dans son pays, Smith Westerns sortait chez Fat Possum un premier album lo-fi, pas forcément prometteur car trop souvent bruyant et brouillon pour se révéler agréable à l’écoute. Depuis, soit un an plus tard seulement, le trio de Chicago a manifestement grandi, gagné en maturité, pour devenir aujourd’hui un des plus savoureux outsiders de la scène indie rock. « Dye It Blonde », nouvel opus conforté par des moyens plus importants, en est ainsi la parfaite illustration. On ignore d’ailleurs si ce fût un dilemme pour eux de lâcher leur son et cette production lo-fi. Reste que dès les premières notes de “Weekend” qui introduit ce nouveau disque, le pari est plus que réussi. On apprécie enfin les guitares et la voix grâce à une production nettement plus léchée, au point que l’on découvre l’un des meilleurs disques pop de ce début d’année. Smith Westerns se tourne maintenant plus volontiers et avec brio vers des chansons aux rythmes moins effrénés (“Still New, “All Die Young”), pour ne pas parler de ballades pop (“Smile”), y compris façon T-Rex (« Dye The World » pour les guitares). Ce deuxième effort regorge donc de perles pop, et plairait même ici ou là très certainement à ceux qui regrettent encore l’extinction discographique de The Libertines (“Fallen In Love”, “End Of The Night”, « Dance Away »), et cette même facilité à créer de petits hymnes entêtants. Du coup, incontestablement, Smith Westerns s’ajoute sans complexe aux groupes qui, grâce à un véritable talent de songwritting, compteront très certainement à l’avenir. Après nous avoir déjà suivis une bonne partie de cette année 2011.

En écoute

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire