Shellac – ‘Dude Incredible’

Album / Touch & Go / 15.09.2014
Noise rock minimal

Souvent imitée mais rarement égalée, la musique de Shellac reste à ce jour une référence dans le genre noise rock. Avec en moyenne un album tous les sept ans, l’osmose inébranlable entre Steve Albini, Todd Trainer et Bob Weston continue de percer l’auditoire d’un univers aussi dépouillé qu’intemporel. Leur dernier opus en date – ‘Excellent Italian Greyhound’ – paru en 2007, tout comme ‘1000 Hurts’ sorti auparavant, restent encore aujourd’hui des disques incontournables qui, à défaut de ne pas prendre une ride, s’écornent dans les coins à force d’écoutes.

Alors, dès les premiers tours de sillons de ‘Dude Incredible’, le temps se fige, et c’est tout un monde qui se remet en ordre de marche. Shellac n’a pas changé son fusil d’épaule, encore moins sa marque de fabrique: celle d’un univers résolument rock et bancal, fait de répétitions abusives au point d’en devenir hypnotiques, de rythmes alambiqués aux directions changeantes, et de respirations inattendues. Le tout appuyé par des sonorités dégagées de toutes fioritures, aussi brutes que sèches, que le trio triture dans des compositions faussement minimales.

Et bien que la recette reste la même, c’est avec jubilation que défilent les neuf fragments de l’album. Les innombrables variations contenues dans le titre éponyme – en ouverture – donnent le ton. Tout comme ‘Compliant’ et son refrain majestueux, ou encore ‘You Came In Me’ au chant saturé qui attestent tous deux d’un groupe toujours en pleine possession de ses moyens, qui se plait à brouiller les pistes rythmiques. Les protagonistes jouent à merveille et semblent connectés les uns aux autres dans des enchevêtrements qui, parfois, nous laissent croire à des passages improvisés. Les titres instrumentaux ‘The People’s Microphone’, comme l’alambiqué autant que mélodique ‘Mayor/Surveyor’, sont redoutables d’efficacité dans l’épure, et dévissent les cervicales.

Comme à son habitude, le groupe sait aussi nous plonger dans des ambiances mid-tempo. Pour preuve, ‘Riding Bikes’, ballade épurée aux temps de pauses surprenants, ou ‘All The Surveyors’, remarquable d’énergie brute et orné d’une chorale foutraque au texte explicite en introduction. Et dans ce registre plus posé, c’est sans compter sur ‘Gary’, titre chancelant au refrain à deux voix qui s’impose comme une des compositions magistrales du disque.

Orné comme à l’accoutumée d’un artwork impeccable, ‘Dude Incredible’ complète une discographie de cinq albums majestueux, que le groupe concocte comme bon lui semble, au rythme de ses envies. En deux décennies de carrière, la bande d’Albini n’a rien perdu de sa verve et continue même à surprendre avec des compositions tellement hors de tous formats qu’elles en deviennent inéluctables. S’il faut attendre encore sept ans pour un probable prochain coup de maître de Shellac, il ne nous reste plus qu’à espérer être encore là pour assister à la grande messe.

‘Dude Incredible’, ‘Riding Bikes’, ‘Gary’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire