Orval Carlos Sibelius – « Super Forma »

Album
(Clapping Music)
20/05/2013
Pop métaphysique

Les vacances arrivent pour Mowno et, avec elles, le lot de chroniques à rattraper. En l’occurence, oublier d’évoquer ce nouvel opus d’Orval Carlos Sibelius aurait relevé de la faute professionnelle. On pourrait digresser des heures durant sur le lot de références qu’il ravive, mais Axel Monnau mérite bien plus d’éloges qu’un simple jeu des sept familles. On ne passera pas plus de temps à disséquer ce long format morceau par morceau tant il réhabilite la notion d’album. Oeuvre à part entière,  »Super Forma » est de celles qui font mouche immédiatement avant de progressivement dévoiler l’ensemble de leur richesse.

Hommage conscient ou non, il nous renvoie à l’heure des compositeurs de cinéma, de Michel Magne à François de Roubaix en passant par Morricone. Véritable madeleine de Proust, ce disque balaye un pan entier de l’imagerie collective dans une infinité de paysages irisés. Accouché dans la douleur, il ne laisse rien transparaître de son difficile processus créatif. Lumineux et diaphane, il dessine une ode à l’abandon, synonyme d’errance savoureuse dans le labyrinthe énigmatique de son géniteur. S’il recèle de tubes évidents ( »Desintegreçao »,  »Spinning Around »), ses plus belles pièces sont probablement à chercher ailleurs, comme dans l’épique  »Archipel Celesta » ou l’ouaté  »Cafuron », symptomatique des métamorphoses de son auteur.

En signant cet album, bien soutenu par Lori Schönberg (The Berg Sans Nipple) et Stéphane Laporte (Domotic, Karaocake, Egyptology), Orval Carlos Sibelius nous offre une exode dont on aimerait ne jamais en voir le bout. Si Alejandro Jodorowky devait de nouveau réaliser un film, si Moebius était encore en vie, si ces deux là pouvaient encore être réunis,  »Super Forma » serait leur bande-originale. Chaque année, la famille Clapping Music pêche les perles et les polit avec une minutie d’orfèvre, un labeur de passionnés dont l’existence nous est essentielle.

En écoute

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire