Onra – ‘Fundamentals’

Album / All City / 15.05.2015
Hip hop soulful

Onra attache une importance particulière aux fondamentaux qui ont façonné sa personnalité musicale. Il l’annonce d’ailleurs explicitement dans le titre de ce nouvel album, salut historique aux années 90, époque ou le hip hop et le R’nB se la coulaient douce et s’affirmaient aux yeux du monde tout en changeant sans cesse de couleur. Au-delà de ses ‘Chinoiseries‘, le producteur français annonçait déjà le tableau sur son précédent opus, le fabuleux ‘Long Distance‘ qui compilait des travaux très personnels, ne laissant la place qu’à quelques invités au sein de ses plages soulful. Aujourd’hui, il livre avec ‘Fundamentals’ un album de hip-hop en bonne et due forme et à l’américaine, le logo ‘Explicit lyrics’ de rigueur, en ne réservant les sessions instrumentales qu’à des interludes qui s’écoutent avec autant de plaisir que la majorité de morceaux chantés, largement teintés de soul.

Tel Jésus, Onra distribue les miracles instrumentaux à ses apôtres MCs, qui profitent pleinement de ce terrain de jeu idéal pour exprimer leur facette la plus hédoniste. Ainsi, ‘Every Seconds’ nous piège d’emblée dans son enveloppe presque charnelle, et multiplie les appels du pied avec son groove irrésistible. Rétro dans les influences mais indéniablement actuel dans le son, Onra produit ni plus ni moins ce que l’on a envie d’entendre aujourd’hui: du R’nB simple, frais et organique, qui parle directement au corps, dans la lignée des derniers coups d’éclat de Movement ou Until The Ribbon Breaks, une bonne dose d’authenticité en plus.

En excellent pédagogue, le français met logiquement en avant les étoiles montantes du hip-hop actuel, choisies sur le fil: les américains Chuck Inglish, Perrion, Doppelgangaz, KC, Black Milk, la hollandaise MC Melodee, Suzi Analogue ou son invité habituel Olivier Daysoul. Cette équipe de rookies déjà bien achalandée se fond sans mal au milieu d’une poignée de confirmés – Daz Dillinger, Do or Die et le vétéran Johnny P – jouant parfaitement le jeu en débitant naturellement leur flow sur ces arrangements filtrés, idéalement calibrés pour chambouler les hormones.

Presque érotique, la deuxième partie d’album cède aux mélodies sexy et à la pureté inouïe de la trilogie finale ‘Like You Miss Me’/’Anything’/’That’s Me’ qui possède tous les arguments pour venir talonner l’expert Marvin Gaye dans la catégorie des meilleures bandes originales de nuits d’amour. En définitive, remercions sans modération Onra, producteur hors-pair et véritable magicien, capable de nous transporter dans un état de quiétude avancé tout en agissant dangereusement sur notre libido. Jouissif. Au sens propre du terme.

‘Every Second’, ‘Anything’, ‘Like You Miss Me’, ‘That’s Me’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire